Catégories
Atelier

Biblio – Atelier #2 Méthodologie

Bibliographie collaborative                                                                                       Atelier #2 Méthodologie

 

Albera, Dionigi, 2001. « Terrains minés », Ethnologie française, vol. 31, n°1, pp. 5-13.

Alexievitch, Svetlana, 1998 [1997]. La supplication. Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse, Paris, JC Lattès, 267 p.

Anders, Günther, 2002 [1956]. L’Obsolescence de l’Homme [Tome I] : Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, éditions Ivrea et éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, 360 p.

Anders, Günther, 2007 [1993]. Le temps de la fin, Paris, L’Herne, 118 p.

Arborio, Anne-Marie, 2007. « L’observation directe en sociologie : quelques réflexions méthodologiques à propos de travaux de recherches sur le terrain hospitalier », Recherche en soins infirmiers, vol. 90, n°3, pp. 26-34.

Arborio, Anne-Marie et Fournier, Pierre, 2021 [1999]. L’observation directe, Paris, Armand Colin, 128 p.

Augé, Marc, 1986. « L’Anthropologie de la maladie », L’Homme, vol. 26, n°97, pp. 81-90.

Barthe, Yannick et al., 2013. « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, vol. 103, n°3, pp. 175-204.

Beaud, Stéphane et Weber, Florence, 2010. Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 334 p.

Becker, Howard, 2002. Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, 352 p.

Bonnet, Thomas et Rochedy, Amandine, 2020. « Enquêter sur les affects : quels enjeux, quelles méthodes ? », Recherches qualitatives, vol. 39, n°2, 237 p.

Boursier, Mathilde et Kimber, Leah, 2022. « Enquêter à distance : nouvel eldorado ? », Socio-anthropologie, n°45, [en ligne].                                                                                     URL : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.10989.

Burke, Peter, 2004. What is Cultural History?, Cambridge, Polity, 152 p.

Cefaï, Daniel (dir.), 2010. L’engagement ethnographique, Aubervilliers, EHESS, 637 p.

Delfour, Jean-Jacques, 2014. La condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité, Paris, L’Échappée, 296 p.

Delporte, Christian, Gervereau, Laurent et Maréchal, Denis, 2008. Quelle est la place des images en histoire ?, Paris, Nouveau Monde éditions, 480 p.

Derbez, Benjamin, 2010. « Négocier un terrain hospitalier. Un moment critique de la recherche en anthropologie médicale », Genèses, vol. 78, n°1, pp. 105-120.

Desclaux, Alice, 2008. « Les lieux du “véritable travail éthique” en anthropologie de la santé : terrain, comités, espaces de réflexion », Ethnographiques.org, n°17, [en ligne].                                                                                            URL : https://www.ethnographiques.org/2008/Desclaux.

Fainzang, Sylvie, 1994. « L’objet construit et la méthode choisie : l’indéfectible lien », Terrain, n°23, pp. 161-172.

Flamant, Nicolas, 2005. « Observer, analyser, restituer », Terrain, n°44, pp. 137-152.

Garcier, Romain J., 2014. « Disperser, confiner ou recycler ? Droit, modes de gestion et circulations spatiales des déchets faiblement radioactifs en France », L’Espace géographique, vol. 43, n°3, pp. 265-283.

Geertz, Clifford, 1973. The Interpretation of Cultures: Selected Essays, New York, Basic Books, 470 p.

Gray, Ann, 2003. Research Practice for Cultural Studies, Ethnographic Methods and Lived Cultures, Londres, SAGE, 208 p.

Grinschpoun, Marie-France, 2018. Construire un projet de recherche en sciences humaines et sociales : une procédure de mise en lien, Paris, Enrick B., 77 p.

Gunn, Simon et Lucy Faire (eds.), 2016. Research Methods for History, Édimbourg, Edinburgh University Press, 256 p.

Hobbs, Dick et Richard Wright (eds.), 2006. The SAGE Handbook of Fieldwork, Londres, SAGE, 416 p.

Houdart, Sophie, 2020. « En déroute. Enquêter non loin de la centrale de Fukushima Daiichi, Japon », SociologieS, [en ligne].                                                                                            URL : https://journals.openedition.org/sociologies/14049.

Kilani, Mondher, 1987. « L’anthropologie de terrain et le terrain de l’anthropologie. Observation, description et textualisation en anthropologie », Réseaux, n°27, pp. 39-78.

Kilani, Mondher, 1994. « Du terrain au texte. Sur l’écriture de l’anthropologie », Communications, n°58, pp. 45-60.

Kilani, Mondher, 1999. « Fiction et vérité dans l’écriture anthropologique », dans Francis Affergan (éd.), Construire le savoir anthropologique, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 91-112.

Kojima, Rina, 2021. « La polyphonie des voix de Fukushima », Ebisu, n°58, pp. 273-283, [en ligne].           URL : https://journals.openedition.org/ebisu/6107.

Lifton, Robert Jay, 1991. Death in Life: Survivors of Hiroshima, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 606 p.

Morange, Marianne, et Schmoll, Camille, 2016. Les outils qualitatifs en géographie. Méthodes et applications, Paris, Armand Colin, 224 p.

Moussaoui, Abderramane, 2012. « Observer en anthropologie : immersion et distance », Contraste, vol. 36, n°1, pp. 29-46.

Oiry, Annaig, 2017. « Vers une géographie du risque nucléaire ? », EchoGéo, n°42, [en ligne].                              URL : http://journals.openedition.org/echogeo/15173.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre, 1995. « La politique du terrain. Sur la production des données anthropologie », Enquête, n°1, pp. 71-109.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre, 2000. « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, n°3, pp. 417-445.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre, 2018. « La rigueur du qualitatif », L’Autre, vol. 19, n°2, pp. 223-234.

Peneff, Jean, 2009. Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Paris, La Découverte, 254 p.

Perrot, Martyne, 1987. « La part maudite de l’ethnologie. Le Journal de Terrain » Anthropologie sociale et ethnologie de la France, colloque du Centre d’ethnologie française et du Musée national des arts et traditions populaires, Paris.

Petit, Emmanuelle, 2010. « Du fil de l’eau en fils à retordre. Comment bricoler des techniques de terrain protéiformes en une méthodologie qualitative cohérente en géographie ? », L’information géographique, vol. 74, n°1, pp. 9-26.

Petit, Emmanuelle, 2012. Matérialisation du souvenir en montagne : les enjeux identitaires des places et des placements. Thèse de doctorat en géographie sociale, Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne III, 465 p.

Petryna, Adriana, 2013 [2003]. Life Exposed: Biological Citizens After Chernobyl, Princeton, Princeton University Press, 304 p.

Piette, Albert, 1992. « La photographie comme mode de connaissance anthropologique », Terrain, n°18, pp. 129-136.

Pinçon, Michel et Pinçon-Charlot, Monique, 2005. Voyage en grande bourgeoisie : journal d’enquête, Paris, Presses Universitaires de France, 192 p.

Pouchelle, Marie-Christine, 2010. « Situations ethnographiques à l’hôpital. « Elle vient voir si on a un os dans le nez… » », Recherche en soins infirmiers, vol. 103, n°4, pp. 4-19.

Rabinow, Paul, 1988. Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 143 p.

Ronde, Patrick et Hussler, Caroline, 2012. « De l’impact de la localisation résidentielle sur la perception et l’acceptation du risque nucléaire : une analyse sur données françaises (avant Fukushima) », Cybergeo: European Journal of Geography, [en ligne].                        URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/25581.

Sarradon-Eck, Aline, 2008. « Médecin et anthropologue, médecin contre anthropologue : dilemmes éthiques pour ethnographes en situation clinique », Ethnographiques.org, n°17, [en ligne].                                URL : https://www.ethnographiques.org/2008/Sarradon-Eck.

Soulé, Bastien, 2007. « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, vol. 27, n°1, pp. 127-140.

Stanford, Peter, 2013. How to Read a Graveyard: Journeys in the Company of the Dead, Londres, Bloomsbury Continuum, 288 p.

Todeschini, Morioka, Maya, (dir.), 1995. Hiroshima, 50 ans. Japon − Amérique : mémoires au nucléaire, Paris, Autrement, 238 p.

Tosh, John, 2022 [1984]. The Pursuit of History: Aims, Methods, and New Directions in the Study of History, Londres, Routledge, 368 p.

Wacquant, Loïc, 2010. « L’habitus comme objet et méthode d’investigation. Retour sur la fabrique du boxeur », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 184, n°4, pp. 108-121.

Whyte, William F., 1996. Street Corner Society. La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La Découverte, 399 p.

Vidéo :

Belleville, Geneviève, 2015. « Assieds-toi et écris Ta thèse ! Trucs pratiques pour la rédaction scientifique », Université de Strasbourg, YouTube, 95 minutes, [en ligne]. URL : https://www.youtube.com/watch?v=qbQ02vJkXQw.

Ressources en ligne :

La revue interdisciplinaire : Recherches qualitatives dirigée par Frédéric Deschenaux et Chantal Royer. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/rechqual/.

La chaîne YouTube : S’engager, gager, se dégager : les ficelles de l’ethnographie à l’épreuve du terrain. URL : https://www.youtube.com/@JE_Engagement_Ethno.

Catégories
Atelier

Atelier #2 Méthodologie

Compte-rendu #2 Méthodologie

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni une quinzaine de personnes sur le thème de la « méthodologie » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

Comme pour le précédent atelier portant sur le thème du terrain, l’objectif de l’atelier sur la méthodologie est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour des différentes interrogations méthodologiques qui peuvent survenir avant, pendant et même après un travail de recherche. Cet atelier s’est construit autour de deux parties (Les données : les produire, les organiser et les traiter ; Utiliser ses données à travers la rédaction et la communication). Chacune de ces parties permettait d’aborder la diversité des méthodologies employables, les méthodes pour organiser et classer les différentes données ou encore la difficile étape de leur mise en mots et de leur communication. Cette organisation de séance s’est basée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un formulaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

Le premier point ayant retenu l’attention des participant·es fut la question très concrète de l’anonymisation des données. Bien que différentes selon les disciplines et les études de cas[1], il existe plusieurs stratégies permettant de respecter l’anonymat pour des raisons aussi bien éthiques que juridiques[2]. L’usage de pseudonymes, la modification du genre des enquêté·es, la seule utilisation du prénom ou encore l’attribution d’un numéro/identifiant sont autant de manières de répondre à cette difficulté. Cependant, le risque induit par cette anonymisation peut être de désindividualiser les personnes rencontrées et ainsi de perdre le lectorat/auditorat. De même, le cheminement scientifique effectué par le/la chercheur·e, notamment dans les sciences historiques, nécessite souvent la reproductibilité des résultats et donc une compréhension des données recueillies et des entretiens effectués. Il apparaît en somme que l’anonymisation des données revient à mener un habile jeu d’équilibriste dont l’enjeu principal est de protéger les enquêté·es tout en permettant une traçabilité des données propre aux travaux scientifiques.

Le deuxième point abordé concerna la sempiternelle question du nombre de cas/d’entretiens à inclure pour obtenir un panel de données considéré comme « suffisant ». Ici encore, les situations varient, certaines études pouvant concerner plusieurs milliers de cas (par exemple, une étude concernant des échanges épistolaires) à moins d’une dizaine de cas (par exemple, une étude centrée sur quelques cimetières). À travers cette question est notamment abordée la différence entre une méthodologie quantitative et une méthodologie qualitative. La première vise à mettre en évidence des régularités, des phénomènes que l’on peut retrouver dans de nombreux cas ce qui peut permettre de préciser leur fonctionnement ; la seconde permet de faire émerger des pistes, des hypothèses, des réflexions qui peuvent être mobilisées, par la suite, à travers des données qualitatives. Il n’existe donc aucune norme, aucune limite applicable généralement aux différentes disciplines. Une solution, qui peut certes être frustrante, consiste à repérer une forme de répétition dans les données récupérées : si de nombreux entretiens se ressemblent et qu’aucun élément nouveau n’en ressort, c’est qu’il est certainement temps de passer à l’étape suivante et de clore le ou les terrains.

Ensuite, nous le savons, les études sur la mort sont sensibles, c’est pourquoi la question de l’émotion des enquêté·es comme des chercheur·es durant un entretien a été posée. Concernant les enquêté·es, il a été rappelé qu’il était important de laisser la personne interrogée dans le même état d’esprit qu’au début de l’entretien. Concernant les chercheur·es, toute la difficulté consiste à parvenir à maintenir une distance face au sujet et aux personnes rencontrées. Pour ce faire, l’usage d’un journal de bord dans lequel on alloue une place spécifique à son ressenti peut s’avérer utile.

Enfin, est venue l’ultime interrogation : celle du ou des temps de l’écriture, moment charnière et passage obligé. Quel rythme suivre ? Quelles étapes faut-il respecter ? Comment s’organiser ? Il est apparu que chacun·e dispose de ses propres astuces et qu’il n’existe pas de méthode universelle. Cependant, plusieurs personnes ont mentionné une vidéo issue d’une communication de Geneviève Belleville[3] qui pourra probablement en aider plus d’un·e !

Le prochain atelier portera sur la thématique de la réflexivité et aura lieu en ligne et sur inscription le 21 juin 2024.

[1] Les différents cas évoqués font état de difficultés pour anonymiser aussi bien des noms figurant dans une archive historique que des patient·es rencontré·es dans une unité de soins ou encore des professionnel·les chargés de l’identification de victimes en contexte de catastrophes.

[2] Rappelons cependant que l’anonymat n’est pas systématique : certaines personnes revendiquent d’être identifiées. Ainsi, certains acteurs associatifs ou militants cherchent à mettre en avant leurs actions et certains acteurs institutionnels portent davantage la parole d’un groupe, d’une municipalité ou d’une entreprise qu’il serait malheureux d’effacer par l’anonymisation.

[3] Belleville, Geneviève, 2015. « Assieds-toi et écris Ta thèse ! Trucs pratiques pour la rédaction scientifique », Université de Strasbourg, YouTube, 95 minutes, [en ligne]. URL : https://www.youtube.com/watch?v=qbQ02vJkXQw.
Catégories
Uncategorized

Bibliographie générale

A

• AFEISSA Hicham-Stéphane, 2018. Esthétique de la charogne, Bellevaux : Dehors, 643p.
• ANSTETT Elisabeth & DREYFUS Jean-Marc (dir.), 2013. Cadavres impensables, cadavres impensés : approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides, Paris : Pétra, 152p.
• ARIES Philippe, 1977. L’homme devant la mort, Paris : Seuil, 641p.

B

• BACQUE Marie-Frédérique (dir.), 1997. Mourir aujourd’hui : les nouveaux rites funéraires, Paris : Odile Jacob, 276p.
• BAUDRY Patrick, 1999. La place des morts : enjeux et rites, Paris : Armand Colin, 205p.
• BERNARD Julien, 2009. Croquemort : une anthropologie des émotions, Paris : Métailié, 216p.
• BERTHERAT Bruno, 2003. La morgue de Paris au XIXe siècle (1804-1907) : les origines de l’Institut médico-légal ou les métamorphoses de la machine, thèse de doctorat en histoire, Université Paris 1.
• BERTRAND Régis & VOVELLE Michel (dir.), 1983. La ville des morts : essai sur l’imaginaire urbain contemporain d’après les cimetières provençaux, Paris : Centre national de la recherche scientifique, 209p.
• BERTRAND Régis & CAROL Anne (dir.), 2016. Aux origines des cimetières contemporains. Les réformes funéraires de l’Europe occidentale, XVIIIe-XIXe siècle, Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 375p.
• BLOCH Maurice, 1993. « La mort et la conception de la personne », Terrain, n°20, pp.7-20.
• BOULESTIN Bruno & DUDAY Henri, 2005. « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », in Mordant & Depierre, Les pratiques funéraires à l’âge du bronze en France, Paris : CTHS, pp.17-30.
• BOURSIER Léa, 2021. Les mains dans le cadavre : autopsier et réparer les corps, thèse de doctorat en psychologie, Université Paris 13.
• BROOKS Chris, 1989. Mortal Remains, The History and Present State of the Victorian and Edwardian Cemetery, Wheaton Publishing, 192p.
• BROWN Peter, 1984. Le culte des saints, son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris : Cerf, 164p.

C

• CALLARD Caroline, 2019. Le temps des fantômes : spectralités de l’âge moderne, Paris : Fayard, 366p.
• CAROL Anne, 2004. Les médecins et la mort, Paris : Aubier, 335p.
• CAROL Anne, 2015. L’embaumement, une passion romantique, Ceyzérieu : Champ Vallon, 238p.
• CAVICCHIOLI Silvia & PROVERO Luigi (eds.), 2019. Public Uses of Human Remains and Relics in History, 279p.
• CHARRIER Philippe et al. (dir.), 2018. Morts avant de naître, Tours : Presses Universitaires François Rabelais, 438p.
• CLAVANDIER Gaëlle, 2004. La mort collective : pour une sociologie des catastrophes, Paris : CNRS, 255p.
• CLAVANDIER Gaëlle, 2009. Sociologie de la mort : vivre et mourir dans la société contemporaine, Paris : Armand Colin, 247p.
• CLAVERIE Elisabeth, 2011. « Réapparaître. Retrouver les corps des personnes disparues pendant la guerre en Bosnie », Raisons politiques, 1 (n°41), pp.13-31.
• CORBET Alice, 2011. Les morts et la mort à Haïti, suite au séisme du 12 janvier 2010, étude pour la Délégation aux affaires stratégiques, 106p.
• CUCHET Guillaume, 2012. Les voix d’outre-tombe : tables tournantes, spiritisme et société, Paris : Seuil, 457p.
• CURL James Stevens, 1972. The Victorian Celebration of Death : Architecture and Planning of the 19th Century Necropolis, 222p.

D

• DECHAUX Jean-Hugues, 1997. Le souvenir des morts : essai sur le lien de filiation, Paris : PUF, 335p.
• DELAPLACE Grégory, 2009. L’invention des morts : sépulture, fantômes et photographie en Mongolie contemporaine, Paris : Centre d’études mongoles et sibériennes, 374p.
• DEPIERRE Germaine, 2014. Crémation et archéologie : nouvelles alternatives méthodologiques en ostéologie humaine, Éditions universitaires de Dijon, 654p.
• DESPRET Vinciane, 2015. Au bonheur des morts : récits de ceux qui restent, Paris : La Découverte, 222p.
• DESPRET Vinciane, 2019. « Enquêter auprès des morts », L’Homme, 230, pp.5-29.
• DI MEO Guy, 2010. « Avant-propos », Cahiers Ades. Les Espaces de la mort, n°5, pp.5-9.
• DUDAY Henri, 2009. The archaeology of the dead, Oxbow Books, 158p.

E

• ESQUERRE Arnaud & TRUC Gérôme, 2011. « Morts et fragments de corps », Raisons Politiques, 1 (n°41), 180p.

G

• GEARY Patrick, 1993. Le vol des reliques au Moyen âge, Paris : Aubier, 256p.
• GNOLI Gherardo et al. (dir.), 1982. La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris : Maison des sciences de l’homme, 505p.
• GODEAU Emmanuelle, 2007. L’“esprit de corps”. Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Paris : Maison des sciences de l’homme, 301p.
• GORER Geoffrey, 1995. Ni pleurs, ni couronnes, Paris : EPEL, 1995, 204p., précédé de Pornographie de la mort, 1955.

J

• JEANJEAN Agnès & LAUDANSKI Cyrile, 2013. « “Comment y mettre les mains ?” Les travailleurs du funéraire face à la manipulation des corps morts », Techniques & Culture, 1 (n°60), pp.144-159.
• JUSTON MORIVAL Romain, 2020. Médecins légistes : une enquête sociologique, Paris : SciencesPo les presses, 226p.

K

• KOBELINSKY Carolina, 2016. « Les vies des morts de la migration », Plein droit, 2 (n°109), pp.6-9.
• KOBELINSKY Carolina et LE COURANT Stefan (dir.), 2017. La mort aux frontières de l’Europe. Retrouver, identifier, commémorer, Neuvy-en-Champagne : Le Passager clandestin, 123p.

L

• LAQUEUR Thomas, 2015. The work of the dead: a cultural history of mortal remains, Princetown University Press, 711p.
• LECOUTEUX Claude, 1986. Fantômes et revenants au Moyen âge, Paris : Imago, 253p.
• LE GOFF Jacques, 1981. La naissance du purgatoire, Paris : Gallimard, 509p.

M

• MAURO Cynthia & al., 2006. « Au-delà de la mort, la survivance du corps pour les professionnels médicolégaux, mortuaires et funéraires », Études sur la mort, 1 (n°129), pp.99-108.
• MEMMI Dominique et al. (dir.), 2011. Anatomie du dégoût, Paris : PUF, 172p.
• MEMMI Dominique, 2014. La revanche de la chair : essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris : Seuil, 280p.
• MOLINIE Magali, 2006. Soigner les morts pour guérir les vivants, Paris : Les Empêcheurs de penser en rond, 328p.

P

• PHILIFERT Pascale, 1998. L’espace de la mort à Salé (Maroc), entre permanence et mutation. L’émergence de nouvelles relations entre les cimetières et la ville, thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, Université Paris 12, 429p.
• PIERRON Jean-Philippe, 2010. Pour une philosophie du soin, Paris : PUF, 216p.
• PITROU Perig, 2014. « Nourrir les morts ou “Celui qui fait vivre”, les différents régimes de commensalité rituelle chez les Mixe (Oaxaca, Mexique) », Journal de la Société des américanistes, 100 (n°2), pp.45-71.
• PITTE Jean-Robert, 1992. « Espaces des morts, espaces de culture », Géographie et culture, n°4, pp.113-120.
• PONS Christophe, 2002. Le Spectre et le voyant. Les échanges entre morts et vivants en Islande, Paris : Presses de l’université de la Sorbonne, 277p.

R

• REVET Sandrine & LANGUMIER Julien, 2013. Le gouvernement des catastrophes, Paris : Karthala, 286p.
• RITAINE Evelyne, 2015. « Effets-frontière en Méditerranée : contrôle et violences », Conflits & Culture, 3-4 (n°99-100), 158p.
• RUGG Julie, 2013. Churchyard and Cemetery, Manchester University Press, 444p.

S

• SAUGET Stéphanie, 2011. Histoire des maisons hantées : France, Grande-Bretagne, États-Unis, Paris : Tallandier, 252p.
• SAUGET Stéphanie (dir.), 2012. Les âmes errantes : fantômes et revenants dans la France du XIXe siècle, Paris : Créaphis, 157p.
• SCHMITT Jean-Claude, 1994. Les revenants : les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris : Gallimard, 306p.
• SORRENTINO Paul, 2018. À l’épreuve de la possession. Chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain, Nanterre : Société d’ethnologie, 359p.
• SOUFFRON Valérie, 2015. « Chairs disparues », Communication, 2 (n°97), pp.7-15.

T

• THOMAS Louis-Vincent, 1975. Anthropologie de la mort, Paris : Payot, 540p.
• THOMAS Louis-Vincent, 1980. Le cadavre : de la biologie à l’anthropologie, Bruxelles : Complexe, 220p.
• THOMAS Louis-Vincent, 1985. Rites de mort : pour la paix des vivants, Paris : Fayard, 294p.
• TROMPETTE Pascale & CAROLY Sandrine, 2004. « En aparté avec les morts… Peurs, larmes et rires au travail : les métiers du funéraire », Terrain, n°43, pp.63-84.

V

• VARNIER Camille, 2020. Géographie des cimetières en Amérique latine : marquages, pratiques culturelles indigènes et inégalités sociales. Étude comparative entre le Venezuela, le Mexique et le Chili, thèse de doctorat en géographie, sous la direction de Jean-Marc Fournier, Université Caen Normandie, 521p.
• VERDIER Yvonne, 1979. Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris : Gallimard, 376p.
• VOVELLE Michel, 1983. La Mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris : Gallimard, 793p.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search