Catégories
Atelier

Biblio – Atelier #1 Terrain

Bibliographie collaborative                                                 Atelier #1 Terrain

 

Arborio Anne-Marie et Fournier Pierre, 2021. L’observation directe, Paris, Armand Colin, 126 p.

Beaud Michel, 1985. L’art de la thèse : comment préparer et rédiger une thèse de Doctorat, un mémoire de DEA ou de Maîtrise ou tout autre travail universitaire, Paris, La Découverte, 156 p.

Benetreau Maud, Bérard Marion, Bogaert Brenda et al., 2023. Manifeste pour une philosophie de terrain, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 295 p.

Berliner David, 2013. « Le désir de participation ou Comment jouer à être un autre », L’Homme, vol. 206 : 151-170.

Bertherat Bruno (dir.), 2015. Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 398 p.

Bertherat Bruno, 2014. « La mort de l’historien (France, XIXe siècle) », in Christian Chevandier (dir.) Travailler ensemble ? Des disciplines aux sciences sociales, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 54-61.

Block Anton, 2001. « La mafia d’un village sicilien », Ethnologie française, vol. 37, n°2 : 61-67.

Boissevain Katia, 2009. « Décalages et rôles mal ajustés dans le travail ethnographique », Ateliers d’anthropologie du LESC, no 33.

Calberac Yann, 2012. Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle. Thèse de doctorat en géographie sociale, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 397 p.

Caratini Sophie, 2012. Les non-dits de l’anthropologie, Vincennes, Thierry Marchaisse, 192 p.

Claval Paul, 2013. « Le rôle du terrain en géographie », Confins. Revue franco-brésilienne de géographie, n°17.

Dekeuwer Catherine, 2020. Le terrain en philosophie, quelles méthodes pour quelle éthique ?, Paris, Classiques Garnier, 151 p.

Galochet Marc et Masson Éric, 2022. « Les terrains de la géographie », Bulletin de l’association de géographes français, vol. 99, n°2 : 179-182.

Kaufmann Jean-Claude, 2016. L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin, 126 p.

La Soudière (de) Martin, 1988. « L’inconfort du terrain. « Faire » la Creuse, le Maroc, la Lozère… (À propos des ouvrages Ethnologue au Maroc, réflexion sur une enquête de terrain de Paul Rabinow, et Vivre dans la Creuse de Jacques Maho) », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, n°11 : 94-105.

Moussaoui Abderramane. 2012. « Observer en anthropologie : immersion et distance », Contraste, vol. 1, n°36 : 29-46.

Mucchielli Alex. 2009. Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 303 p.

Petit Emmanuelle, 2010. « Du fil de l’eau en fils à retordre. Comment bricoler des techniques de terrain protéiformes en une méthodologie qualitative cohérente en géographie ? », L’information géographique, vol. 74, n°1 : 9-26.

Petit Emmanuelle, 2012. Matérialisation du souvenir en montagne : les enjeux identitaires des places et des placements. Thèse de doctorat en géographie sociale, Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne III, 465 p.

Pétonnet Colette, 1982. « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, n°4 : 37-47.

Rabinow Paul. 1988. Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 143 p.

Rouchi Camille, 2018. « Réflexivité et recherche-action en contrat CIFRE, quand les contraintes du terrain deviennent opportunités », Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales, vol. 13 n°1 : 211–224.

Roy Mario et Prévost Paul, 2013. « La recherche-action : origines, caractéristiques et implications de son utilisation dans les sciences de la gestion », Recherches qualitatives, vol. 32, n°2 : 129-151.

Vollaire Christine, 2017. Pour une philosophie de terrain, Paris, Créaphis 189 p.

Wacquant Loïc, 2010. « L’habitus comme objet et méthode d’investigation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 184, n°4 : 108-121.

Catégories
Atelier

Ateliers

Trois ateliers se tiennent en alternance du séminaire en 2023-2024. Le but de ces ateliers est de partager des clefs de compréhension et de réflexion sur des thématiques communes aux différentes disciplines que regroupe le séminaire. L’intérêt est d’apprendre de la pluridisciplinarité, de s’entre-aider sur des problématiques nous ayant réunis lors des échanges de la session précédente du séminaire mais qui n’avaient pu faire l’objet de discussions approfondies.

 

#1 Terrain – 15 décembre 2023

Compte-rendu

Bibliographie collaborative

 

#2 Méthodologie – 15 mars 2024

Compte-rendu

Bibliographie collaborative

 

#3 Réflexivité – 21 juin 2024

Compte-rendu

Bibliographie collaborative

 

Il est possible d’assister à un seul atelier comme à tous. Ils se déroulent selon le même format que les séances du séminaire, soit en distanciel avec lien Zoom communiqué la veille, le vendredi de 9h à 11h (avec la possibilité de dépasser cet horaire). La participation se fait sur inscription. Si vous n’êtes pas membre du réseau, il suffit de nous écrire : reseau.lesmorts@gmail.com.

 

Catégories
Atelier

Atelier #1 Terrain

Compte-rendu #1 Terrain

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni une quinzaine de personnes sur le thème du « terrain » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

L’objectif de l’atelier est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour de la question du terrain. Cet atelier s’est construit autour de trois parties (Trouver et appréhender le terrain, Retranscrire son terrain, la Variation des terrains). Chacune de ces parties permettait d’aborder l’entrée sur le terrain, le vécu du/de la chercheur.euse, les méthodes d’appréhension des données et les préoccupations éthiques. Cette organisation de séance s’est basée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un questionnaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

Tout d’abord, c’est la question de la définition du terrain qui a retenu l’attention des participant·es. Comment le constituer, où s’arrêter, quelle pluridisciplinarité ? Il convient de rappeler que chaque discipline possède sa propre définition du « terrain », nous ne nous sommes donc pas arrêtés sur cette question d’un point de vue épistémologique. Les idées principales abordées se sont centrées sur les possibilités qu’offrent le terrain en matière de pluridisciplinarité. En effet, nos terrains respectifs ne se limitent pas à nos disciplines. De plus, le nombre et le statut des acteur·trices de nos terrains ajoutent de la complexité à nos questionnements. Chaque chercheur·e va donc puiser ce qu’il lui faut en dehors de son champ et en a la légitimité. Ce bien-fondé est régulièrement revenu dans nos échanges au travers de la légitimité à s’emparer d’un sujet et de la manière dont un·e chercheur·e peut s’y former. Il s’est conclu qu’il n’existait aucune règle prescrite. Tant que les concepts et notions sont correctement employés, le champ des possibles est immense du fait de la porosité des disciplines et l’utilité de cette caractéristique.

Le terrain reste un espace sensible. Son accès et la possibilité ou non d’y rester et d’évoluer en son sein peut être déterminé par de nombreux facteurs. Ont notamment été abordés au cours de nos discussions la place que le politique joue dans la recherche. L’influence de la colonisation sur le regard porté sur un chercheur venant de France peut compliquer l’entrée et la circulation sur le terrain. La présence quotidienne de la police ou de l’armée peut faire craindre des difficultés. La protection offerte par un statut diplomatique et le sujet de recherche en lui-même (non sensible) peut alors avoir une influence sur le terrain. De même, le rattachement institutionnel peut faciliter le travail de recherche comme induire des contraintes politiques créant de potentiels freins à l’accès au terrain du fait de superposition de codes déontologiques. Des tensions peuvent alors naître du fait de la position et du rôle du/de la chercheur·euse sur son terrain. C’est ainsi qu’a été rappelé l’importance d’être actif·ve et d’avoir une observation et connaissance fine et sensible afin de trouver sa place.

Cette question de la position du/de la chercheur·euse, de l’étiquette et du statut qui lui est assigné rejoint des interrogations liées à la manière dont le terrain réagit à notre présence. Cela peut s’observer dans le regard posé sur le/la chercheur·euse comme sur les prises de décisions des acteur·trices du terrain. Nous avons ainsi dévié sur la thématique de l’atelier #3 « Réflexivité » qui aura lieu le 21 juin. La recherche, et en particulier pour ce qui nous concerne sur le sujet de la mort, est une activité majoritairement solitaire. Le terrain implique des émotions et des rencontres avec des situations humaines pouvant s’avérer difficiles. Le poids de la recherche se fait sentir et une forme de violence ou de rejet peut émaner du terrain. C’est ainsi que l’idée d’un espace et d’un temps dédié à la discussion, à l’échange de contacts se révèle utile, voire nécessaire, pour permettre d’évacuer des difficultés méthodologiques. Avoir la possibilité d’échanger avec des personnes en dehors de son terrain, voire de la spécialité de son laboratoire de recherche, peut aider à la réflexion et au recul nécessaire à propos de sa méthodologie.

Le prochain atelier sera d’ailleurs consacré à cette thématique de la méthodologie. Il aura lieu le 15 mars 2024.

Catégories
Séminaire

Histoire – La représentation des victimes de Jack l’Éventreur

Clémentine Guiol, doctorante en histoire contemporaine, ENS Paris-Saclay.

Compte-rendu :

Photographing the body : la représentation des victimes de Jack l’Éventreur dans la production culturelle victorienne”

Synthèse des discussions de la séance

Les meurtres commis par Jack l’Éventreur dans l’East End londonien en 1888 constituent l’une des affaires criminelles les plus célèbres de l’histoire. Depuis 136 ans, d’innombrables théories sur l’identité du tueur ont été formulées, les adaptations et réécritures du mythe ont proliféré dans tous les médias, jusqu’à donner naissance à une discipline à part entière, la “Ripperology”. Aujourd’hui, le “mythe de Jack l’Éventreur” fait partie du répertoire culturel occidental. Cette fascination morbide pour les crimes violents s’inscrit plus largement dans l’explosion en popularité du contenu “true crime”, qui renforce “l’obsession culturelle” du public pour les figures mythifiées des tueurs, et qui a pour conséquence d’occulter les victimes, devenues accessoires de divertissement. Dans les faits, si tout le monde reconnaît aujourd’hui le nom de “Jack l’Éventreur”, peu de personnes sont capables de nommer ses cinq victimes canoniques Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Catherine Eddowes, et Mary Jane Kelly. Se replonger dans les meurtres de Whitechapel et la tempête médiatique qu’ils ont généré peut donc offrir un éclairage nouveau sur les continuités culturelles qui structurent le traitement journalistique des crimes violents. On se concentrera particulièrement sur les dynamiques de vulnérabilité / prédation, population minoritaire / population dominante et passivité / agentivité qui ont permis à l’Éventreur de commettre ses méfaits sans jamais être capturé. Je propose d’analyser les représentations contemporaines de ces cinq femmes dans la presse tabloïde victorienne et de les comparer avec les photographies issues de l’enquête judiciaire afin de recentrer la narration sur les victimes et non sur leur bourreau, de montrer comment elles ont été dépossédées de leur image dès l’époque victorienne, et de démontrer comment leur position sociale, leur genre, et leur manque de respectabilité supposé a influencé leur traitement médiatique. Enfin, parce que les meurtres de Whitechapel continuent d’être adaptés et interprétés aujourd’hui, il semble pertinent de tracer un parallèle avec la série Dahmer – Monster: The Jeffrey Dahmer Story diffusée en 2022.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search