Catégories
Séminaire

Géographie – Retracer les trajectoires des morts

Pierre Louer–Saingeorgie, titulaire d’un master en géographie, Sorbonne Université.

Compte-rendu :

“Retracer les trajectoires des morts. Circulations, traitements et représentations des corps morts à Douarnenez (Sud du Finistère, Bretagne)”

Synthèse des discussions de la séance

Présentation de la communication et de la recherche :

Cette communication est issue d’un travail de mémoire en géographie co-dirigé par Olivier Milhaud et Camille Varnier. Une première communication de cette recherche, alors qu’elle n’était encore qu’au stade de projet, avait été proposée le 22 octobre 2022 lors de la demi-journée d’étude de clôture du précédent séminaire « Définir ce qu’il reste ». Cette seconde communication du 12 janvier 2024 répond donc à la première et cherche à présenter les résultats et travaux effectués.

Résumé de la communication “La visibilité et l’invisibilité du corps mort. Étude de cas à Douarnenez”

Que se passe-t-il après la mort ? Outre son acception métaphysique, cette question peut se poser en termes purement géographiques : quelles trajectoires les vivants font-ils suivre aux morts ? En France, loin de l’habituel triptyque d’espaces traversés par les morts avec le décès à domicile, la cérémonie à l’église et l’enterrement au cimetière, ces dernières décennies ont marqué la complexification des trajectoires des morts, conséquemment à la médicalisation de la fin de vie, à la multiplication des chambres funéraires des pompes funèbres et au développement, toujours plus important, de la crémation. Cette communication vise à retracer ces mises en circulation des corps morts, en s’attachant notamment à analyser les différentes pratiques médicales, esthétiques, juridiques, ou encore religieuses, réalisées sur les morts et à examiner les différentes représentations conférées aux morts par les vivants. Trois terrains forment le point de départ de cette réflexion : le premier à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, le second dans trois différentes entreprises de pompes funèbres de Douarnenez, le dernier dans les quatre cimetières de cette même ville portuaire. Il est apparu que l’élaboration du statut de mort et de défunt s’établit progressivement, à mesure des trajectoires ritualisées des morts (passage de l’espace de décès à un espace technique, du lit funéraire au cercueil, du corbillard à la tombe, etc.), de l’aménagement des espaces qu’ils traversent (chambre mortuaire ou funéraire, lieu de cérémonie, sépulture, etc.) et des actes s’efforçant à les replacer symboliquement dans un récit et une identité (toilette mortuaire, soins de thanatopraxie, habillage et maquillage, etc.). Cette communication s’efforce à suivre les morts pour mieux comprendre les vivants et le rapport entretenu avec la mort en France.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search