Catégories
Séminaire

Géographie – Le village mort en milieu montagnard

Yannis Nacef, doctorant en géographie, Université Savoie Mont Blanc.

Compte-rendu :

“Le village mort en milieu montagnard (Alpes françaises/Pyrénées espagnoles) : de l’abandon à l’évanescence des restes”

Synthèse des discussions de la séance

Cette communication propose de s’intéresser aux hameaux abandonnés en milieu montagnard (Alpes françaises/Pyrénées espagnoles) à travers la place qu’occupe la mort. Bien souvent nommés villages fantômes, de nombreux sites se caractérisent par l’inscription de la mort dans leur trajectoire. Ces restes villageois renvoient  aux multiples hameaux d’habitat permanent qui furent abandonnés au cours du siècle dernier pour diverses raisons (E. Le Roy Ladurie, J-M. Pesez, 1965), dont la principale fut l’exode rural, mais aussi des équipements (hydroélectriques et forestiers) ou des actes de violence comme ceux perpétrés sous le régime de Franco.

Cet abandon questionne la mort au village mais également la mort du village, associant fréquemment un discours mortuaire pour caractériser de manière paradoxale les dynamiques d’abandon. Celles-ci sont également marquées par un parallèle intéressant à étudier, celui de la ruinification du bâti (Q. Morcrette, 2014) comparable à la décomposition des corps enterrés dans ces villages qui se meurent.

Au sein de ces hameaux, en effet des sépultures délaissées, abandonnées, livrées à la reconquête forestière (L. Dupré, 2005), laissent apparaître dans les paysages des cimetières devenus friches où invisibilisation des tombes et donc des défunts (L. Bronner, 2020), et pillage des cercueils s’entremêlent, façonnant une forme de désintérêt des vivants pour ces morts (P. Ariès, 1977 ; L-V. Thomas, 1980).

Ainsi, ces dépouilles enterrées dans ces cimetières oubliés sont les derniers représentants d’une présence humaine qui caractérisait ces villages. Or, ces morts s’érigent aujourd’hui involontairement comme de réels freins à de potentielles réappropriations de ces friches villageoises (Y. Nacef, 2022). En effet, se pose la problématique de demeurer propriétaire quand on est mort, ou d’être mort quand on est propriétaire. Autrement dit le désintérêt des héritiers à régler des successions (en raison de nombreuses indivisions en montagne) dans des lieux sans valeur a contribué à des situations foncières inextricables où un défunt conserve ses pleines propriétés, paralysant alors, parmi d’autres facteurs, un retour à la vie de ces villages.

En définitive, cette question de la mort soulève le rapport qu’entretiennent les vivants à ces restes villageois, mais également la manière dont les morts demeurent ancrés dans ces villages fantômes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search