Catégories
Séminaire

Ergonomie – Des apprentissages de la crise sanitaire à la professionnalisation

Maëva Leulier-Blanchard, doctorante en psychologie du travail et ergonomie, Université Grenoble Alpes.

Compte-rendu :

“Des apprentissages de la crise sanitaire à la professionnalisation : le cas des agents de service mortuaire d’un CHU”

Synthèse des discussions de la séance

La crise sanitaire de la Covid-19 a conduit à une crise totale et notamment du travail. Pour autant, il semble que la crise ait initié des transformations. Cette étude porte, en partie, sur un service mortuaire au sein d’un CHU. Dans une société où la mort est sécularisée, les agents travaillant dans les chambres mortuaires des centres hospitaliers sont pourtant soumis à une invisibilisation dans le système de santé. Les vagues de décès et les différentes prescriptions quant à la prise en charge des patients décédés atteints de la Covid-19 ont amené les agents aux premières loges de la gestion de la mort sur le territoire. Au même titre que les autres professionnels du système de santé, ils ont été fortement contraints, impactant la continuité de service (dans la prise en charge des défunts et de leurs proches notamment) et leur santé (intensification du travail, sens au travail, stress…). Grâce aux méthodes d’analyse de l’activité et du retour d’expérience, nous proposons d’étudier l’expérience de la crise sanitaire dans l’activité des agents de service mortuaire d’un CHU dans une approche développementale et diachronique. Nous présenterons les différentes situations de crise rencontrées par les agents, dont la reconstitution a posteriori a été primordiale pour la suite de la recherche. Les résultats montrent en effet que les prescriptions (mondiales, nationales, locales) et les régulations mises en place par les agents pour gérer la crise Covid-19 dans leur activité ont occasionné des conflits de buts significatifs (entre respect des prescriptions et respect de l’éthique professionnelle notamment). Pour autant, l’existence d’un collectif de travail et de collectifs transverses (hospitaliers ou avec des acteurs privés) a permis des apprentissages organisationnels et la reconnaissance du rôle et des compétences des agents s’est développée. Ces apprentissages semblent s’inscrire dans différentes temporalités, appuyant la thèse de transformations pérennes, au-delà du contexte sanitaire, amenant l’équipe à réfléchir plus largement sur la profession d’agent de service mortuaire, à leur statut dans le système de santé, aux modalités d’apprentissages du métier et à l’anticipation de potentielles crises – conjointement avec la direction du service. Nous chercherons alors à comprendre le développement des compétences de ces agents dans un contexte pourtant fortement contraint et pourront pousser la réflexion sur la place des professionnels dans les milieux mortuaires et funéraires compte tenu des crises sanitaires, écologiques, sociales et économiques de notre époque.

Catégories
Séminaire

Anthropologie forensique – Redonner une voix aux morts

Agathe Ribéreau-Gayon, chercheure postdoctorale en anthropologie biologique et forensique, Université du Québec à Trois-Rivières.

“L’anthropologie forensique : redonner une voix aux morts”

L’anthropologie forensique (ou médico-légale), champ disciplinaire de l’anthropologie biologique, a pour objectif de reconstituer « l’histoire de vie » d’un individu à partir de la lecture des signes biologiques sur son corps : aspect des os et des tissus mous, signes de croissance, traumatismes, signes pathologiques, marqueurs d’activité, signes particuliers, etc. En contexte médico-légal, « l’histoire de vie » d’un individu est indissociable de « l’histoire de sa mort » que l’anthropologue forensique s’applique à reconstituer à des fins d’identification du défunt et d’information sur les circonstances de son décès. L’anthropologie forensique cherche à appréhender l’individu à partir du cadavre ou des restes osseux, de manière à lui redonner la voix qu’il/elle a perdue. Pour ce faire, l’anthropologue étudie les phénomènes de modifications post-mortem ou « taphonomie » du cadavre, certains pouvant influencer ou altérer la lecture des paramètres biologiques. L’anthropologie forensique apporte une contribution scientifique de plus en plus reconnue dans les enquêtes médico-légales et criminelles impliquant des personnes décédées et la découverte de restes humains, qu’il s’agisse de cas isolés ou de catastrophes de masse. Ces situations judiciaires ont une forte résonance, car elles répondent à des attentes sociétales majeures et des enjeux de plus en plus internationaux (migrant·e·s non identifié·e·s, catastrophes naturelles, accidents aériens et actes terroristes avec un grand nombre de victimes présentant une grande variabilité inter- populationnelle). L’anthropologie forensique se trouve ainsi au cœur d’interrogations sociétales et humaines d’envergure qui vont bien au-delà des seuls aspects scientifiques et judiciaires. Cette présentation se propose de présenter ces enjeux et de démontrer dans quelle mesure les approches de taphonomie expérimentale, menées sur des corps et tissus humains issus du don de corps, permettent de contribuer à y répondre.

Catégories
Séminaire

Théorie politique – Le don du corps à la science

Camille Collin, doctorante en théorie politique, Sciences Po CEVIPOF.

Compte-rendu : 

“Le don du corps à la science, et le problème de l’égalité dans la mort”

Synthèse des discussions de la séance

De plus en plus d’études sur la prise en charge matérielle des morts et des restes humains interrogent les raisons d’un traitement différencié de certain·es mort·es, et formulent l’hypothèse d’une continuité des processus de hiérarchisation et de marginalisation sociale de la vie jusque dans la mort (Clainche-Piel, 2020 ; Butler, 2006 ; Jakšić et al., 2021 ; Lestage, 2019 ; Medico et al., 2020). La diversité des modalités de prise en charge des défunt·es, l’égard et le respect tantôt accordé, tantôt refusé aux mort·es, semble ainsi dépendre non seulement du contexte social de leur prise en charge, mais, également, de la considération pour le statut social des personnes ante-mortem. Dans cette communication, je propose de réfléchir à la manière dont ce problème de l’inégalité des morts a été conceptualisé, à partir d’un cas très spécifique de prise en charge du corps mort : celui du don du corps à la science. Ce cas nous permet, à mon sens, de mettre en valeur d’autres formes d’inégalités post-mortem, des situations que l’on ne peut pas penser si l’on s’en tient à l’idée que les morts ne peuvent être que le reflet des vivants. En effet, le don du corps à la science occupe une place à part parmi les destinations que la législation funéraire autorise pour le corps mort : choix rare, il est bien moins encadré juridiquement, et – jusqu’à l’affaire récente du « charnier » de Descartes – largement oublié des débats bioéthiques français. Il convient alors d’interroger les processus par lesquels se construit, au gré des pratiques et des dispositifs de traitement des morts, l’importance différenciée des morts en politique. Or, à bien des égards, le don du corps à la science ne semble pas participer à la reproduction des hiérarchies sociales existantes. En dépit de sa relation historique avec l’histoire des corps « vils » (Chamayou, 2014), il n’est plus une pratique réservée aux groupes sociaux précarisés ou marginalisés. Il repose, en outre, sur un travail conséquent d’anonymisation identitaire et sociale, que recouvre qui plus est l’aura du don. Il nous permet, en d’autres termes, de repenser les enjeux politiques du traitement des morts au-delà de ses seuls effets sur les vivants.

Catégories
Séminaire

Histoire – Le cadavre féminin dans le Londres victorien

Clémentine Guiol, doctorante en histoire contemporaine, ENS Paris-Saclay.

Compte-rendu :

Le cadavre féminin dans le Londres victorien : une incarnation de l’altérité”

Synthèse des discussions de la séance

En adoptant une approche interdisciplinaire, cette thèse entend mettre en lumière le statut et la place du cadavre féminin à l’échelle de la ville de Londres lors de l’ère victorienne (1837-1901). Le cadavre féminin est le site d’une double altérité au XIXe siècle, car il conjugue la féminité à la mort. Nous souhaitons expliquer pourquoi l’assignation à l’altérité de la femme n’est pas une évidence, mais bien une construction culturelle masculine, puis étudier les conséquences du traitement des mortes sur le destin des vivantes. En effet, le cadavre féminin est inscrit dans une dialectique où sa construction est influencée par les représentations collectives victoriennes, qui l’investissent de nouvelles significations. Celles-ci viennent à leur tour influer sur les représentations de la femme au cours du règne de Victoria, et participent à l’entreprise de contrôle du corps et de l’apparence des femmes qui caractérise la culture victorienne. Dans un premier temps, nous développons une étude des rites funéraires accordés aux cadavres féminins, du décès à l’enterrement. L’analyse de ces pratiques révèlent les décisions culturelles, religieuses, et scientifiques qui encadrent la mort au XIXe et, elles s’entrecroisent avec les bouleversements socio-économiques que subissent les femmes, progressivement reléguées à la sphère domestique. Nous mobiliserons des sources diverses (archives des cimetières et des enclos paroissiaux, étude de l’épigraphie et de la statuaire funéraire) afin de dégager les tendances qui soulignent l’essentialisation des femmes victoriennes dans leur rôle sexué. Après avoir analysé les dimensions pragmatiques de la mort, nous réalisons une étude des représentations des dépouilles féminines dans les productions culturelles victoriennes : peinture, littérature, sculpture, et arts vivants. Cette exploration des mentalités victoriennes révèle que le cadavre féminin constitue une femme idéale : muette, passive, et sexuellement disponible. Forts de cette connaissance, nous chercherons à démontrer les conséquences de ces fantasmes sur les rapports hommes-femmes.

Catégories
Uncategorized

Argumentaire

L’étude de la mort et des morts,                                                                 vers de nouvelles perspectives.


1. Où en est-on de la recherche en
death studies ?

Le questionnement du regard que portent nos sociétés sur la mort n’a jamais été aussi présent dans les sciences humaines et sociales. D’abord un examen de l’évolution du geste funéraire, les études sur la mort ont depuis mis en avant le vécu personnel du décès d’un proche mais aussi les logiques de préservation, de dissimulation et d’usage pour le bien commun des cadavres, et jusqu’aux réseaux d’acteurs privés et professionnels de chaque phase du trépas au tombeau. Ainsi, les chercheur·es renouvellent constamment le corpus des savoirs mortuaires et funéraires, et éclairent nos rapports passés et présents à l’horizon inévitable de l’expérience humaine.

Pour autant, le sujet continue de causer l’inconfort et l’autocensure, tant il confronte l’inassumé, le caché, voire le tabou dans des sociétés tant marquées par ce que Gorer (1955) a pu appeler la “pornographie de la mort”, la représentation du mortuaire et du funéraire dans le discours public, à l’instar de ce qui s’est fait au XIXème siècle autour de la sexualité. Jusque dans les cercles académiques, l’émergence d’un champ interdisciplinaire d’études sur la mort se heurte à des problèmes issus de l’isolement des spécialistes du sujet, et du manque de mise en valeur des ressources provenant des death studies, qui faciliteraient pourtant l’intégration de jeunes chercheur·es.

Après la clôture à l’automne 2022, du séminaire “Les morts. Définir ce qu’il reste”, initialement lancé par Giulia Lelli (doctorante en philosophie), Léa Boursier (docteure en psychologie du travail) et Marine Boisson (post-doctorante en sociologie), le réseau a pris un nouveau tournant pour répondre à ce besoin de dialogue scientifique robuste, en janvier 2023, avec une nouvelle équipe composée de Bérangère Tarka (doctorante en socio-anthropologie), Constance Moréal de Brevans (doctorante en anthropologie), Pierre Louer–Saingeorgie (doctorant en géographie) et Tristan Portier (docteur en histoire contemporaine).

Sous sa nouvelle forme, le séminaire entend rendre compte non seulement du traitement par nos sociétés des morts, soit les artéfacts, restes biologiques et reliquats immatériels des défunts après leur mort, mais aussi des processus, réseaux d’acteurs, idéologies, affects et dynamiques politiques et territoriales qui régissent la mort elle-même, le deuil et la question délicate de la gestion du cadavre. Il se situe ainsi dans la lignée de travaux qui, depuis les recherches fondatrices dans les années 1970 en histoire (Curl, 1972 ; Ariès, 1977), en sociologie (Verdier, 1979) et en anthropologie (Thomas, 1975, 1980, 1985), ont contribué à constituer un nouveau champ d’études transdisciplinaire : les death studies.

L’histoire s’est rapidement emparée de la dimension culturelle de l’objet « mort » (Le Goff, 1981 ; Gnoli et al., 1982 ; Vovelle, 1983). Les historien·nes se sont ensuite tourné·es vers les lieux de mort, foyers de nombreuses formes d’architecture et de botanique, critiqués par la médecine et mythifiés par la fiction, résultant en des études novatrices qui illustrent le rôle de ces objets polymorphes dans la construction du deuil et des politiques sanitaires (Bertrand, 1983 ; Brooks, 1989 ; Rugg, 2013 ; Laqueur, 2015 ; Bertrand & Carol, 2016). Les années 1990 ont vu cette recherche s’installer dans les principales disciplines des SHS : la sociologie (Déchaux, 1997 ; Baudry, 1999 ; Clavandier, 2009), la psychologie (Bacqué, 1997 ; Molinié, 2006), l’anthropologie (Bloch, 1993 ; Delaplace, 2009 ; Pitrou, 2014), l’archéologie (Boulestin & Duday, 2005 ; Duday, 2009 ; Depierre, 2014), la géographie (Philifert, 1998 ; Pitte, 2005 ; Di Méo, 2010 ; Petit, 2012 ; Varnier, 2020) et, plus récemment, la philosophie (Despret, 2015).

Le développement des death studies a mené à une spécialisation graduelle des nouveaux travaux. La mort est ainsi devenue un objet privilégié de l’anthropologie et de la sociologie politiques (Ritaine, 2015 ; Souffron, 2015 ; Kobelinsky, 2016 ; Kobelinsky & Le Courant, 2017), où se distinguent notamment des travaux sur les désastres et les morts de masse (Clavandier, 2004 ; Corbet, 2011 ; Anstett, 2013 ; Revet & Langumier, 2013), et la dimension politique de la gestion des morts (Esquerre & Truc, 2011 ; Claverie, 2011 ; Memmi et al., 2011 ; Memmi, 2014). L’historiographie s’est montrée pour sa part attentive au sort concret des cadavres disséqués (Bertherat, 2003 ; Carol, 2004 ; Godeau, 2007) ou sacralisés (Brown, 1984 ; Geary, 1993 ; Cavicchioli & Provero, 2019), aux professionnel·les du funéraire (Jeanjean et Laudanski, 2013) et de l’embaumement (Carol, 2015), où se recroisent les mêmes discours politiques et symboliques, d’exclusion ou d’exaltation du corps mort.

Avec l’importance croissante donnée aux soins palliatifs et à la « bonne mort », l’environnement de soin terminal, les professionnel·les de santé et légistes ont plus récemment attiré l’attention des sociologues (Bernard, 2009 ; Charrier et al., 2018 ; Juston Morival, 2020), des philosophes (Pierron, 2010) et des psychologues du travail (Mauro, 2006 ; Boursier, 2021). Mais la « mauvaise mort », anormale ou violente, et les réalités et mythes qui entourent les usages du cadavre constituent également, par leur pouvoir de fascination et leur emprise sur les discours autour de la mort, un objet d’étude courant : en histoire, par exemple, le défunt perturbé, revenant ou fantôme, a inspiré plusieurs chercheurs (Lecouteux, 1987 ; Lecouteux & Marco, 1990 ; Schmitt, 1994), qui ont ensuite analysé les réponses culturelles à la menace du mort mécontenté sous la forme de superstitions et de rituels apotropaïques (Sauget, 2011 ; Sauget (dir.), 2012 ; Cuchet, 2012 ; Callard, 2019). Face à ce spectre du défunt, plusieurs anthropologues ont pris le parti d’analyser comment les sociétés vivent le deuil et la réconciliation avec leurs morts (Pons, 2002 ; Despret, 2017 ; Sorrentino, 2018).

Cette normalisation progressive du soin palliatif, du décès, du deuil et des modes de gestion du corps mort dans les sciences humaines et sociales ouvre des perspectives inédites de travail interdisciplinaire autour de la chaîne d’évènements et d’acteur·trices qui entoure un des épisodes fondamentaux et intemporels de l’expérience humaine, et c’est face à cette somme épistémologique que notre séminaire cherche à endosser le rôle de catalyseur auprès de la jeune recherche.

2. Faciliter une mise en commun des méthodes et des objets

En dépit de cette bibliographie grandissante, et de la présence de thèmes porteurs au sein des death studies, le constat individuel de l’isolement des chercheur·es demeure courant. Celles et ceux qui entament des projets de master ou de doctorat y sont particulièrement susceptibles. L’objectif du séminaire est donc de proposer un forum accessible depuis n’importe où, et d’y faire dialoguer des chercheur·es à travers des présentations thématiques et des discussions ouvertes. Les membres du séminaire pourront y présenter des travaux aboutis, mais aussi proposer des communications in progress de leurs projets, devant un public spécialisé et à l’écoute.

Dans sa forme originelle, le projet “Les morts. Définir ce qu’il reste” a permis à plusieurs jeunes chercheur·es d’échanger dans un espace pluridisciplinaire où se sont côtoyés la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, le droit, l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie et la géographie, sur des sujets aussi divers que les soins palliatifs, l’accompagnement du deuil, l’émergence des monuments funéraires, le statut social et symbolique des défunts, ou encore les morts de masse et les génocides. Des séminaires réguliers en ligne, de 2020 à 2022, ont également permis la création d’un réseau d’échanges et d’une veille scientifique, avec pour point d’orgue une matinée d’études financée par le Campus Condorcet, le 22 octobre 2022.

À la demande de ses organisatrices, le présent comité (B. Tarka, C. Moréal de Brevans, P. Louer–Saingeorgie et T. Portier) a pris la relève, pour étendre la portée du réseau « Les Morts » et proposer ses propres séminaires en ligne, dans un nouveau format avec un temps de discussion prolongé. Avec la nouvelle équipe, le réseau a continué son expansion, jusqu’à dépasser, en juin 2024, la barre symbolique des 200 membres. Jeunes chercheur·es de master, doctorat et post-doctorat, professionnel·es du funéraire et titulaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche bénéficient ensemble d’une veille académique assidue, et participent à nos séminaires et ateliers méthodologiques. Nous conservons comme objectifs prioritaires le dialogue interdisciplinaire et la réflexion collective. Pour ce faire, nous proposons les outils de cadrage suivants, qui permettent à chaque intervention de se situer dans nos échanges scientifiques : 1) une série de onze thèmes récurrents dans les interventions ; 2) l’analyse des positionnements théoriques et méthodologiques personnels dans l’approche d’un thème : l’orientation de l’analyse sur l’individu ou sur la société, la tradition théorique de rattachement et utilisé pour rendre compte des phénomènes observés, la méthode, l’ambition descriptive et l’insertion et la place du/de la chercheur·e sur son terrain.

3. Les nouveaux thèmes du séminaire

Les processus humains qui entourent la mort nous invitent à la repenser comme un phénomène biologique, social et anthropologique de premier plan. À chacune de ses étapes majeures (les dernières heures, le décès, la toilette mortuaire, les pompes funèbres, la disposition finale et le deuil des proches) interviennent des réseaux d’acteur·trices investi·es dans une relation personnelle, professionnelle ou spirituelle au défunt. Les cadavres eux-mêmes connaissent des destins divergents, du travail anatomique à l’absence physique (suite à un crime ou une catastrophe, par exemple), ou encore l’inhumation, la crémation, et les modes de gestion alternatifs. Le sort de ces restes s’étend parfois au travers de la mémoire, des objets liés au souvenir à la pratique du deuil ou encore les croyances spiritistes. C’est cette richesse de l’objet “mort” que nous entendons dévoiler au moyen de onze thèmes, conçus pour rendre compte de la complexe relation des vivants et des morts, mais aussi du positionnement éthique et méthodologique du/de la chercheur·e.

Apprivoiser les morts

• Repousser la mort : les politiques de santé publique et la gestion du cadavre comme objet biologique néfaste.

• La fin de vie, les soins palliatifs et la « bonne mort ».

• La mort traumatique : mort violente, mutilations post mortem, épidémie, mort de masse, génocide.

Rites et pratiques mortuaires et funéraires

• Les professionnel·les de la mort et les gestes mortuaires.

• Rites funéraires : inhumation, crémation et pratiques nouvelles.

La place du mort dans l’espace social et culturel

• La spatialisation de la mort : charniers, chambres mortuaires, morgues, cryptes, crématorium et cimetières.

• Religions, politisation et rationalisation de la figure du mort : comment une croyance donne du sens au corps mort.

• La vie du mort (genre, statut social, appartenance au groupe, identité culturelle) : commémoration, pérennisation, oubli forcé ou involontaire, survivances.

L’économie de la mort

• La marchandisation du cadavre, ancien et moderne : pillage archéologique, vol de cadavres, rétention de restes humains, dons d’organes.

• L’attraction de la mort : tourisme funéraire, dark tourism, disneylandisation des coutumes funéraires, l’érotisation du cadavre.

• Le commerce funéraire : pompes funèbres, cimetières privés et nécro-capitalisme.

S’y ajoutent les enjeux et la méthodologie de la recherche autour de la mort :

• Approches qualitatives et quantitatives.

• Terminologie funéraire, approches d’observation sociologique, protocoles de fouilles, choix des archives, recrutement des enquêté·es, analyses visuelles des monuments.

• Ethique de l’enquête et du traitement des restes humains, réflexivité du/de la chercheur·e.

4. Confronter la multiplicité des approches dans les death studies

Chaque chercheur·e apporte à son étude une perspective influencée par sa discipline primaire. L’attention portée à l’observation du geste en anthropologie peut contraster avec l’étude des matériels et de la symbolique en histoire de l’art, la spatialisation des habitudes et des structures en géographie, la mise en évidence des relations et des pratiques intimes ou professionnelles en sociologie et en psychologie, ou encore la lecture minutieuse des archives et des textes de loi en histoire et en droit. À chaque démarche correspondent des avantages et des contraintes spécifiques, qui nécessitent de nos échanges un travail de contextualisation et de traduction auprès des autres participant·es du séminaire. Nous demanderons donc à chaque intervenant.e de clarifier leur méthodologie, et leur usage du lexique des death studies, afin de pouvoir discuter de manière informée des enjeux et des atouts de leur projet.

5. Construire un appareil théorique de référence

Les séances du réseau sont organisées sous deux formes : les séminaires et les ateliers, qui alternent régulièrement.

Chaque séance de séminaire comportera deux parties : d’abord, l’intervention d’au moins un·e discutant·e, qui continuera le travail thématique et méthodologique entamé lors de la présentation initiale d’un travail de recherche, suivie d’un temps de discussion modérée autour des thèmes et questionnements évoqués par la présentation.

Les membres du réseau présents seront encouragé·es à contribuer à la discussion avec leurs propres expériences de terrain et connaissances épistémologiques. L’ambition est à terme de diffuser sur le carnet Hypothèses un document collaboratif enrichis par des références et des remarques.

Les séances d’atelier correspondent à des moments d’échanges autour d’une question saillant de méthodologie, dont les participant·es sont informé·es à l’avance pour pouvoir s’y préparer. Les personnes souhaitant activement contribuer à ces échanges peuvent informer l’équipe de modération à l’avance, pour lui permettre d’organiser ces échanges et faciliter la constitution d’un document synthétisant les discussions qui en découlent. L’objectif de ces ateliers est double : mettre en avant la richesse des perspectives dans les death studies, et permettre aux jeunes chercheur·es de s’éduquer et d’expérimenter avec leurs méthodes devant un public averti et bienveillant.

Catégories
Séminaire

Séminaire

Si vous souhaitez nous faire partager vos recherches, n’hésitez pas à nous écrire : reseau.lesmorts@gmail.com

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search