Catégories
Séminaire

Thanatologie – Réhumaniser les corps putréfiés

Juliette Cazes, chercheure indépendante en thanatologie.

Compte-rendu :

“Réhumaniser les corps putréfiés : un enjeu technique et éthique pour les professionnels de la mort”

Synthèse des discussions de la séance

Première confrontation d’une grande violence pour un débutant du monde funéraire contemporain, la prise en charge d’un corps à l’état très altéré est un moment décisif dans une carrière. Des transporteurs aux agents de chambre funéraire, tous doivent apprendre sur le terrain des méthodes qui ne sont explicités dans aucune littérature professionnelle : la manipulation et le traitement d’un corps parfois méconnaissable. Cette intervention a pour but de proposer des pistes de solution pour mieux former les professionnels et les novices, avec en filigrane l’idée de la réhumanisation du corps putréfié en vue de l’accompagnement dans le deuil des familles, en particulier pour les professionnels qui naviguent entre la sphère technique et la sphère publique dans la gestion des corps morts et de leurs proches.

Catégories
Séminaire

Architecture – Genèse des sépultures arborées et naturelles

Marie Fruiquière, doctorante en architecture et aménagement du territoire, Université de Strasbourg.

Compte-rendu :

“Genèse des sépultures arborées et naturelles en France : confrontations et adaptations des logiques funéraires et écologiques dans la construction de nouvelles formes de cimetières”

Synthèse des discussions de la séance

Les enjeux multiscalaires du changement climatique apparaissent aujourd’hui au cœur des lieux les plus anthropisés. Parmi ces espaces, les cimetières deviennent le laboratoire de projets alternatifs comme support de transition écologique (politiques zéro phytosanitaire, préservation de la biodiversité, création d’îlots de fraîcheur), y compris dans l’apparition de nouvelles formes de sépultures (sépultures végétales, régénératives, etc.). Faisant échos aux mouvements tels que les natural et green burials connus en Angleterre ou aux Etats-Unis, l’écologie imprègne alors le domaine funéraire depuis la fin de XXe siècle en France en profitant des mutations en anthropologie la mort. “Site cinéraire boisé”, “forêt cinéraire”, “cimetière naturel”, “carré écologique”, sont autant de nouvelles initiatives proposant des formes d’inhumations se voulant plus respectueuses de l’environnement en s’appuyant sur le motif végétal. Cependant, ces dernières sont encore peu étudiées dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme. Partant de l’analyse spatiale de ces sépultures alternatives au prisme de la législation funéraire, la communication vise à discuter la manière dont ces initiatives dites écologiques ou naturelles bousculent les cadres réglementaires relatifs à l’aménagement des cimetières. S’appuyant sur une enquête de terrain (observations in situ et entretiens semi-directifs avec les gestionnaires), nous proposerons une approche typo-morphologique de ces sépultures alternatives afin de caractériser la pluralité et la genèse de ces nouveaux paysages funéraires en France. Complétée par l’analyse textuelle du cadre juridique, nous verrons alors les évolutions et stagnations de la législation funéraire, illustrant les tensions et incohérences dans le développement de nouvelles formes de cimetières tant quant à leur mise en œuvre (règles d’implantation, aménagement des sépultures, équipements, etc.) que dans leur fonctionnement (octroi des concessions, gestion et statut du patrimoine arboré en tant que sépulture, réglementation des pratiques commémoratives, etc.). 

Catégories
Séminaire

Histoire – La représentation des victimes de Jack l’Éventreur

Clémentine Guiol, doctorante en histoire contemporaine, ENS Paris-Saclay.

Compte-rendu :

Photographing the body : la représentation des victimes de Jack l’Éventreur dans la production culturelle victorienne”

Synthèse des discussions de la séance

Les meurtres commis par Jack l’Éventreur dans l’East End londonien en 1888 constituent l’une des affaires criminelles les plus célèbres de l’histoire. Depuis 136 ans, d’innombrables théories sur l’identité du tueur ont été formulées, les adaptations et réécritures du mythe ont proliféré dans tous les médias, jusqu’à donner naissance à une discipline à part entière, la “Ripperology”. Aujourd’hui, le “mythe de Jack l’Éventreur” fait partie du répertoire culturel occidental. Cette fascination morbide pour les crimes violents s’inscrit plus largement dans l’explosion en popularité du contenu “true crime”, qui renforce “l’obsession culturelle” du public pour les figures mythifiées des tueurs, et qui a pour conséquence d’occulter les victimes, devenues accessoires de divertissement. Dans les faits, si tout le monde reconnaît aujourd’hui le nom de “Jack l’Éventreur”, peu de personnes sont capables de nommer ses cinq victimes canoniques Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Catherine Eddowes, et Mary Jane Kelly. Se replonger dans les meurtres de Whitechapel et la tempête médiatique qu’ils ont généré peut donc offrir un éclairage nouveau sur les continuités culturelles qui structurent le traitement journalistique des crimes violents. On se concentrera particulièrement sur les dynamiques de vulnérabilité / prédation, population minoritaire / population dominante et passivité / agentivité qui ont permis à l’Éventreur de commettre ses méfaits sans jamais être capturé. Je propose d’analyser les représentations contemporaines de ces cinq femmes dans la presse tabloïde victorienne et de les comparer avec les photographies issues de l’enquête judiciaire afin de recentrer la narration sur les victimes et non sur leur bourreau, de montrer comment elles ont été dépossédées de leur image dès l’époque victorienne, et de démontrer comment leur position sociale, leur genre, et leur manque de respectabilité supposé a influencé leur traitement médiatique. Enfin, parce que les meurtres de Whitechapel continuent d’être adaptés et interprétés aujourd’hui, il semble pertinent de tracer un parallèle avec la série Dahmer – Monster: The Jeffrey Dahmer Story diffusée en 2022.

Catégories
Séminaire

Géographie – Retracer les trajectoires des morts

Pierre Louer–Saingeorgie, titulaire d’un master en géographie, Sorbonne Université.

Compte-rendu :

“Retracer les trajectoires des morts. Circulations, traitements et représentations des corps morts à Douarnenez (Sud du Finistère, Bretagne)”

Synthèse des discussions de la séance

Présentation de la communication et de la recherche :

Cette communication est issue d’un travail de mémoire en géographie co-dirigé par Olivier Milhaud et Camille Varnier. Une première communication de cette recherche, alors qu’elle n’était encore qu’au stade de projet, avait été proposée le 22 octobre 2022 lors de la demi-journée d’étude de clôture du précédent séminaire « Définir ce qu’il reste ». Cette seconde communication du 12 janvier 2024 répond donc à la première et cherche à présenter les résultats et travaux effectués.

Résumé de la communication “La visibilité et l’invisibilité du corps mort. Étude de cas à Douarnenez”

Que se passe-t-il après la mort ? Outre son acception métaphysique, cette question peut se poser en termes purement géographiques : quelles trajectoires les vivants font-ils suivre aux morts ? En France, loin de l’habituel triptyque d’espaces traversés par les morts avec le décès à domicile, la cérémonie à l’église et l’enterrement au cimetière, ces dernières décennies ont marqué la complexification des trajectoires des morts, conséquemment à la médicalisation de la fin de vie, à la multiplication des chambres funéraires des pompes funèbres et au développement, toujours plus important, de la crémation. Cette communication vise à retracer ces mises en circulation des corps morts, en s’attachant notamment à analyser les différentes pratiques médicales, esthétiques, juridiques, ou encore religieuses, réalisées sur les morts et à examiner les différentes représentations conférées aux morts par les vivants. Trois terrains forment le point de départ de cette réflexion : le premier à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, le second dans trois différentes entreprises de pompes funèbres de Douarnenez, le dernier dans les quatre cimetières de cette même ville portuaire. Il est apparu que l’élaboration du statut de mort et de défunt s’établit progressivement, à mesure des trajectoires ritualisées des morts (passage de l’espace de décès à un espace technique, du lit funéraire au cercueil, du corbillard à la tombe, etc.), de l’aménagement des espaces qu’ils traversent (chambre mortuaire ou funéraire, lieu de cérémonie, sépulture, etc.) et des actes s’efforçant à les replacer symboliquement dans un récit et une identité (toilette mortuaire, soins de thanatopraxie, habillage et maquillage, etc.). Cette communication s’efforce à suivre les morts pour mieux comprendre les vivants et le rapport entretenu avec la mort en France.

 

Catégories
Séminaire

Anthropologie biologique – Les morts de la Première Guerre mondiale

Marine Meucci, doctorante en anthropologie biologique, Aix-Marseille Université.

Compte-rendu :

“Les morts de la Première Guerre mondiale : entre gestion passée et actuelle”

Synthèse des discussions de la séance

La Première Guerre mondiale marque un tournant dans la gestion et la vision des corps morts en guerre. Ce constat se dessine dès les premiers mois de la guerre, tant la violence et l’abondance de cadavre tétanisent les réseaux d’organisation sur le front : les corps affluent et l’Etat ne peut pas mettre en place le rapatriement des soldats ni autoriser les familles à venir les chercher sur le front (Pau, 2010). Ces corps sont encore un enjeu d’actualité car les découvertes fortuites se multiplient par l’urbanisation excessive et la multiplication des chantiers de différentes sortes. Encore aujourd’hui 700 000 soldats, toutes nationalités confondues, demeurent disparus parmi lesquels 250 000 français. Ce chiffre vertigineux s’explique de différentes manières : les morts oubliés sur le champ de bataille, les morts enterrés par les ennemis et/ou sans documentation sur le lei d’inhumation, les victimes des “mercantis” de la mort (Pau, 2017), les tombes isolées non répertoriées, les soldats dont les corps ont été meurtris par la violence de la guerre (e.g. démembrement), etc. Chaque année, une vingtaine de soldats sont encore découverts et entrent légalement dans le cadre du ministère des Armées, par le biais de l’ONaCVG (Office National des Combattants et Victimes de Guerre) et de la mention “Mort pour la France” créée en 1915. Toutes ces informations amènent un constat encore trop peu reconnu : les corps de militaires de 1870, Première et Seconde Guerres mondiales dépendent d’un cadre légal et d’un statut spécifiques et exclusifs au ministère des Armées (Meucci et al., 2022). En ce sens, les découvertes actuelles ne peuvent pas être gérées par des institutions archéologiques ou judiciaires. Cette communication a pour but de présenter les cadres légaux et les moyens de gestions actuels de ces corps, tout en présentant les données archéo-anthropologiques recueillies à partir de ces découvertes.

Catégories
Séminaire

2023-2024

Catégories
Séminaire

2023

Catégories
Séminaire

Épistémologie – Traitement et représentations du cadavre et de la mort en contexte pandémique

Ian Gonzalez Alaña, doctorant en épistémologie des Death Studies, Université d’Andorre.

“Étude systémique du traitement du cadavre et des représentations sociales du cadavre et de la mort en contexte pandémique. Le cas de la Principauté d’Andorre avant, pendant, et après la COVID-19”

La pandémie de COVID-19 a déclenché une crise mondiale sans précédent. Afin de limiter la propagation du virus et la mortalité exponentielle, les pays ont élaboré un certain nombre de règlements et de protocoles sanitaires. Dans le monde funéraire, ces politiques ont non seulement reconfiguré la manière d’accompagner la mort, mais aussi et surtout la gestion des cadavres, affectant ainsi à la fois les défunts et les familles, et professionnels du secteur funéraire. La pandémie a eu un impact sur l’ensemble du processus de séparation et d’adieu et a provoqué, dans toute l’Europe, des débats publics sur les restrictions funéraires et leurs implications pour le deuil.

Notre travail de thèse part d’une question, somme toute, assez banale : on peut se demander si, dans un contexte modifié de pandémie, les pratiques qui étaient menées avant la crise ont été inexorablement modifiées. En d’autres termes, y a-t-il eu un glissement épistémique qui a transformé une gestion symbolique des morts et de la mort en une gestion pragmatique et exclusivement technique ? Les pratiques funéraires sont-elles encore respectées avant la crise sanitaire, ou ont-elles été transformées de manière pérenne ? Quelles sont les conséquences de toutes ces évolutions au niveau éthique ?

Catégories
Séminaire

Archéologie – Renouvellement méthodologique autour de la question de l’os humain anthropisé

Pauline Fernandes, doctorante en archéologie, Université Paris Nanterre.

Compte-rendu :

“Pour la formalisation d’une approche : renouvellement méthodologique autour de la question de l’étude de l’os humain anthropisé”

Synthèse des discussions de la séance

L’os humain anthropisé, c’est-à-dire manipulé, transformé et impacté par l’Homme, en tant qu’objet biologique et technique, implique, pour être étudié, la formulation d’une méthodologie adaptée à l’étude de ce type de vestige. Ces ossements, porteurs de traces anciennes issues de manipulations post-mortem, possèdent un caractère d’exception amenant à se questionner sur la manière la plus adéquate de les analyser. Lorsque ces ossements sont issus de fouilles anciennes, pour lesquels il n’existe que peu de documentation, les étudier nécessite l’adaptation d’une méthode spécifique à ce type de cas d’étude. C’est ce que nous imposent les ossements humains qui constituent le centre de cette recherche : issus des fouilles menées entre 1887 et 1889 dans la grotte du Mas d’Azil, ceux-ci présentent trois types de stigmates – traces de découpe, imprégnations colorées rougeâtres, aplats lustrés – qui n’ont jamais été observés ensemble en France sur un même lot. Cela a mené à devoir envisager une méthodologie qui ne nécessitait pas de s’appuyer sur le contexte pour répondre à la problématique posée, à savoir : comment étudier des ossements humains hors contexte mais qui présentent vraisemblablement des traces de manipulations post-mortem ?

Afin de répondre à ce questionnement, ce travail de recherche se propose de formuler une approche à l’interface de la nécro-archéologie et de l’archéothanatologie en y ajoutant les apports de domaines tels que la technologie osseuse, la taphonomie et l’ostéologie. L’objectif est de pouvoir atteindre la triple mémoire portée par l’objet osseux (individuel, du groupe, archéologique) en étudiant le vestige plus seulement comme un reste biologique contextualisé, mais comme un os humain transformé hors contexte. Nous souhaitons par cette étude affirmer l’importance du traitement du cadavre en tant que processus technique ayant transformé le reste biologique en artéfact. Grâce à une méthodologie transdisciplinaire, cette étude offrira, nous l’espérons, la possibilité de tendre vers un renouvellement anthropologique de la discipline en mettant en avant des pratiques mortuaires inédites pour la Préhistoire en France.

Catégories
Séminaire

Géographie – Le village mort en milieu montagnard

Yannis Nacef, doctorant en géographie, Université Savoie Mont Blanc.

Compte-rendu :

“Le village mort en milieu montagnard (Alpes françaises/Pyrénées espagnoles) : de l’abandon à l’évanescence des restes”

Synthèse des discussions de la séance

Cette communication propose de s’intéresser aux hameaux abandonnés en milieu montagnard (Alpes françaises/Pyrénées espagnoles) à travers la place qu’occupe la mort. Bien souvent nommés villages fantômes, de nombreux sites se caractérisent par l’inscription de la mort dans leur trajectoire. Ces restes villageois renvoient  aux multiples hameaux d’habitat permanent qui furent abandonnés au cours du siècle dernier pour diverses raisons (E. Le Roy Ladurie, J-M. Pesez, 1965), dont la principale fut l’exode rural, mais aussi des équipements (hydroélectriques et forestiers) ou des actes de violence comme ceux perpétrés sous le régime de Franco.

Cet abandon questionne la mort au village mais également la mort du village, associant fréquemment un discours mortuaire pour caractériser de manière paradoxale les dynamiques d’abandon. Celles-ci sont également marquées par un parallèle intéressant à étudier, celui de la ruinification du bâti (Q. Morcrette, 2014) comparable à la décomposition des corps enterrés dans ces villages qui se meurent.

Au sein de ces hameaux, en effet des sépultures délaissées, abandonnées, livrées à la reconquête forestière (L. Dupré, 2005), laissent apparaître dans les paysages des cimetières devenus friches où invisibilisation des tombes et donc des défunts (L. Bronner, 2020), et pillage des cercueils s’entremêlent, façonnant une forme de désintérêt des vivants pour ces morts (P. Ariès, 1977 ; L-V. Thomas, 1980).

Ainsi, ces dépouilles enterrées dans ces cimetières oubliés sont les derniers représentants d’une présence humaine qui caractérisait ces villages. Or, ces morts s’érigent aujourd’hui involontairement comme de réels freins à de potentielles réappropriations de ces friches villageoises (Y. Nacef, 2022). En effet, se pose la problématique de demeurer propriétaire quand on est mort, ou d’être mort quand on est propriétaire. Autrement dit le désintérêt des héritiers à régler des successions (en raison de nombreuses indivisions en montagne) dans des lieux sans valeur a contribué à des situations foncières inextricables où un défunt conserve ses pleines propriétés, paralysant alors, parmi d’autres facteurs, un retour à la vie de ces villages.

En définitive, cette question de la mort soulève le rapport qu’entretiennent les vivants à ces restes villageois, mais également la manière dont les morts demeurent ancrés dans ces villages fantômes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search