Catégories
Atelier

Atelier #3 Réflexivité

Compte-rendu #3 Réflexivité

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni douze personnes sur le thème de la  « réflexivité » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

Comme pour le précédent atelier portant sur le thème de la méthodologie, l’objectif de cet atelier sur la réflexivité est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour de ce concept épistémologique prenant de plus en plus de place dans les recherches en sciences humaines et sociales. Cet atelier s’est construit autour de deux parties (la réflexivité sur le terrain / la réflexivité après le terrain). Chacune de ces parties permettait d’aborder les différents moments où la réflexivité survient, la variété de formes sous laquelle elle peut s’exprimer et comment la mobiliser dans sa recherche. Cette organisation de séance s’est appuyée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un questionnaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

En accord avec la thématique de cet atelier, la discussion tourne globalement autour du chercheur face à son sujet. Choisir un sujet de recherche (le choisit-on vraiment ?) n’est pas un acte anodin, quelles répercussions a-t-il sur soi ? En tant que chercheur, serais-je en capacité de faire ma carrière autour de la mort ? Dans cette perspective, comment gérer les émotions des enquêté·es sur le terrain lorsque je peux moi-même être affecté dans ma vie personnelle par un événement lié à la mort ? Il est ainsi possible de modifier son positionnement durant sa recherche afin de prendre plus ou moins de distance face à une thématique inconfortable dans la relation ethnographique ou sur les sujets même abordés car proches du vécu du chercheur.

Le positionnement de ce dernier durant sa recherche peut ainsi se modifier par rapport au regard que lui-même porte sur son objet d’étude. La connaissance et la maîtrise d’emblée ou leur acquisition progressive du milieu d’immersion a une incidence sur l’étude menée. Dans ce cadre ont été abordées les questions liées à l’attention du chercheur à son propre étonnement, celui-ci devant être maintenu tout au long de sa recherche afin de se laisser surprendre et de garder une capacité d’écoute et d’attention. La réflexivité à l’œuvre est alors différente dans la préparation de son terrain que l’ethnographie se fasse « chez soi » ou non.

Par la suite, c’est la notion de légitimité qui a été abordée par les participant·es. Comment trouver sa place dans un moment d’intimité ? Comment et à quel point partager sa propre histoire avec ses enquêté·es ? Dans un autre registre, la légitimité du chercheur a été questionnée dans le choix de sa méthodologie qui ne correspond pas toujours au standard de sa discipline. Lorsque les méthodes de terrain d’une discipline ne sont pas précisément définies, comment assumer et revendiquer sa posture d’ethnographe ?

La question de la posture du chercheur a été abordée par le biais du statut de certains participant·es en tant que salarié-chercheur. Il pose la réflexion de la déconstruction des rapports du chercheur avec ses collègues-enquêté·es, mais aussi de l’instrumentalisation possible de ses recherches. Une fois sa recherche rédigée et publiée ou partagée, le chercheur peut-il maîtriser son exploitation ? À des fins de précaution, l’écriture est soumise à plusieurs réflexions : ne pas tomber dans le pathos, protéger ses enquêté·es, faire face aux difficultés du monde professionnel, envisager une soutenance à huis-clos. La restitution de la recherche auprès de ses enquêté·es doit aussi être réfléchie en amont puis adaptée. L’exercice, en plus d’être formateur, permet d’accéder à d’autres informations grâce aux réactions des enquêté·es et aux échanges qui s’ensuivent. Cette réflexivité narrative permet au chercheur de se rendre compte de ce qui surprend.

Finalement, les échanges entre participant·es mettent en exergue la nécessité de penser sa recherche en amont. En effet, l’atelier révèle que la réflexivité se construit également avant l’entrée sur le terrain. Le chercheur réfléchit à son positionnement auprès de ses enquêté·es, à mettre en place des processus servant à interroger ses pratiques professionnelles, voire à instituer des supervisions et à se servir de ses propres expériences thérapeutiques (suivi psychologique durant la recherche). La place des émotions et de ce que mobilise la recherche chez le chercheur fera ainsi l’objet d’un prochain atelier où seront abordées plus en détail les réactions du chercheur face à l’intime. Nous discuterons des choix individuels réalisés pour supporter, dans les deux acceptions du terme, la recherche. En somme, ce temps d’échange sera l’occasion d’évoquer les situations complexes où le chercheur est affecté par sa recherche et les différentes stratégies de gestion envisageables de cette affection.

Catégories
Atelier

Biblio – Atelier #3 Réflexivité

Bibliographie collaborative                                                                                       Atelier #3 Réflexivité

 

Albaret Mélanie, 2022. « Quand le terrain s’invite à domicile », Socio-anthropologie, n°45 : 47‑60.

Artières Philippe et Laé Jean-François, 2004. « L’enquête, l’écriture et l’arrière-cuisine. Chronique d’une enquête sur une correspondance », Genèses, vol. 57, n°4 : 89‑109.

Badiou Alain, 2003. L’éthique : essai sur la conscience du mal, Paris, Seuil, 120 p.

Balaudé Aliénor, Glinel Charlotte et Madon Julie, 2022. « Trois sociologues dans un fauteuil », Socio-anthropologie, n°45 : 213‑229.

Beaud Stéphane et Weber Florence (éds.), 1998. Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 327 p.

Béliard Aude et Eideliman Jean-Sébastien, 2008. « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », dans Les politiques de l’enquête, Alban Bensa (éd.), Paris, La Découverte, 336 p., pp. 123-141.

Bolka-Tabary Laure, 2022. « Explorer la dimension visuelle des pratiques numériques », Socio-anthropologie, n°45 : 125‑138.

Bourrier Mathilde et Kimber Leah, 2022. « Apprivoiser la distance : un défi paradoxal, une expérience exigeante, un cadre revisité », Socio-anthropologie, n°45 : 9‑24.

Bretesché Sophie, 2022. « Enquêter sur des territoires à risques en transition », Socio-anthropologie, n°45 : 111‑123.

Bullen Claire, Métais Julie, Monnet Nadja et Noûs Camille, 2020. « L’expérience ethnographique. Expérimentations et apprentissages en école d’architecture », Terrains/Théories, n°12.

Buono Clarisse, 2006. Félicitations du jury, Paris, Privé, 138 p.

Buslacchi Maria Elena, 2020. « Entre terrain et pratique des politiques publiques : une transmission de connaissances à double sens », Terrains/Théories, n°12.

Caiata Zufferey Maria et Aceti Monica, 2022. « Loin des yeux, loin du cœur ? », Socio-anthropologie, n°45 : 249‑266.

Callon Michel, 1999. « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, vol. 41, n°1 : 65‑78.

Carrere Anaïs et Dascalakis-Labreze Maria Gabriela, 2022. « Docteures en situation de handicap : regards et enjeux », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Chabrol Fanny et Girard Gabriel (éds.), 2010. VIH/sida. Se confronter aux terrains. Expériences et postures de recherche, Paris, ANRS, 157 p.

Chabrol Fanny, Hunsmann Moritz et Kehr Janina, 2012. « Réaliser un doctorat en sciences sociales de la santé : financements, pratiques de recherche et enjeux de professionnalisation », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n°7.

Cristia Célia, 2022. « Le processus doctoral  : entre souffrances et vulnérabilités », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Dayer Caroline, 2010. Construction et transformation d’une posture de recherche. Examen critique de la pensée classificatoire, Saarbrücken, Editions universitaires européennes, 275 p.

Dayer Caroline, 2009. « Modes d’existence dans la recherche et recherche de modes d’existence », Pensée plurielle, vol. 20, n°1 : 63‑78.

Debaene Vincent, 2010. L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 521 p.

Diestchy Mireille, 2020. « Le « faire » au cœur de l’initiation à l’« art de l’enquête » », Terrains/Théories, n°12.

Dupont Louis, 2014. « Terrain, réflexivité et auto-ethnographie en géographie », Géographie et cultures, n°89-90 : 93-109.

Ehn Billy et Löfgren Orvar, 2008. « La vie des émotions dans le monde universitaire », Ethnologie française, vol. 38, n°2 : 283‑292.

Fassin Didier, 2020. « L’ethnographie et ses publics. Entretien avec Didier Fassin », Terrains/Théories, n°12.

Faya-Robles Alfonsina, Soulier Alexandra, Beltran Grégory, Basson Jean-Charles, Boulaghaf Laurence, Cavé Alizé, Coeurdevey Éléonore et Nicaise Sarah, 2022. « Quotidiens confinés », Socio-anthropologie, n°45 : 231‑248.

Ferret Nathan, 2022. « Ethnographier sur la plateforme Twitch », Socio-anthropologie, n°45 : 139‑155.

Fetnan Rime, 2022. « Entre estrangement et sérendipité : première année d’une vie de docteure », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Gaglio Gérald, 2008. « En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n°3.

Girard Marie-Josée, Bréart de Boisanger Fanny, Boisvert Isabelle et Vachon Mélanie, 2015. « Le chercheur et son expérience de la subjectivité : une sensibilité partagée », Spécificités, vol. 8, n°2 : 10-20.

Givre Olivier et Chauliac Marina, 2020. « Transmettre l’anthropologie à travers l’enquête collective et partenariale », Terrains/Théories, n°12.

Gning Ndèye Ndiagna, 2014. « De l’inconfort ethnographique à la question de l’éthique en sciences sociales », Journal des anthropologues, vol. 136-137, n°1-2 : 227-252.

Gonzalez Aubin, 2022. « Récit d’une préparation et concrétisation d’une expérience de recherche », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Guinard Pauline et Tratnjek Bénédicte, 2016. « Géographies, géographes et émotions », Carnets de géographes, n°9.

Héas Stéphane et Régnier Patrice, 2022. « Enquêter à distance : une spécificité, une incongruité… ? », Socio-anthropologie, n°45 : 25‑46.

Hurren Elizabeth, 2012. Dying for Victorian Medicine: English Anatomy and Its Trade in the Dead Poor, 1834-1929, Houndmills, Palgrave Macmillan, 380 p.

Kon Kam King Juliette et Legroux Nadège, 2022. « En quête de la haute mer », Socio-anthropologie, n°45 : 61‑74.

La Soudière Martin de, 2001. « Pierre Pachet, L’Œuvre des jours », L’Homme, n°160 : 193‑195.

Lefort Isabelle, 2010. « À quel prix la géographie est-elle soluble dans l’éthique ? », Géographie et cultures, n°74.

Lhérété Héloïse, 2011. « La solitude du thésard de fond », Sciences Humaines, n°230 : 10.

Lupton Deborah, Bourrier Mathilde et Kimber Leah, 2022. « « Osez expérimenter ! » », Socio-anthropologie, n°45 : 269‑278.

Mansion Nina, 2022. « Une éducation doctorale », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Marcus George, 1995. « Ethnography in/of the World System: the Emergence of Multisited Ethnography », Annual Review of Anthropology, n°24 : 95-117.

Maurin Olivier, 2022. « Devenir docteur. Une formation par la recherche, véritable tremplin vers la construction de son identité professionnelle et personnelle », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Mead Margaret et Métraux Rhoda, 2022. « The Study of Culture at a Distance », Socio-anthropologie, n°45 : 281‑296.

Mercier Cendrine, Zanna Omar et Florin Agnès, 2022. « Enquêter à distance sur le bien-être des collégiens », Socio-anthropologie, n°45 : 157‑177.

Milon Catherine, 2022. « Ce(lles) que la visioconférence rend visible(s) », Socio-anthropologie, n°45 : 179‑195.

Morelle Marie et Ripoll Fabrice, 2009. « Les chercheur-es face aux injustices : l’enquête de terrain comme épreuve éthique », Annales de géographie, vol. 665-666, n°1-2 : 157-168.

Noiriel Gérard, 1990. « Journal de terrain, journal de recherche et auto-analyse. Entretien avec Florence Weber », Genèses, n°2 : 138-147.

Noûs Camille, 2022a. « Comment les restrictions budgétaires à l’Université brisent des vies professionnelles », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Noûs Camille, 2022b. « L’anthropologue et la spectrométrie : voyage réflexif en projet européen transdisciplinaire », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2000. « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, n°3 : 417-445.

Passeron Jean-Claude, 2006. Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, 666 p.

Passeron Jean-Claude, 1995. « L’espace mental de l’enquête (I) », Enquête, n°1 : 13‑42.

Piette Albert, 1992. « La photographie comme mode de connaissance anthropologique », Terrain, n°18 : 129‑136.

Piron Florence, 1996. « Ecriture et responsabilité. Trois figures de l’anthropologue », Anthropologie et Sociétés, vol. 20, n°1 : 125‑148.

Plantey Damien, 2022. « Un diplôme pour la gloire ? La reconnaissance du titre de docteur, un parcours du combattant », Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors-série 7.

Quinn Etienne, 2020. « L’anthropologue effondré. Récit d’un enquêteur malade », Anthropologie & Santé, n°21.

Racine Jean-Bernard, 2010. « Géographie, éthique et valeurs », Géographie et cultures, n°74 : 27-42.

Richardier Verena, 2022. « Lire nos voix et entendre nos écrits », Socio-anthropologie, n°45 : 75‑91.

Rouchi Camille, 2017. « Réflexivité et recherche-action en contrat CIFRE, quand les contraintes du terrain deviennent opportunités », Nouvelles perspectives en sciences sociales, vol. 13, n°1 : 211‑224.

Roy Mario et Prévost Paul, 2013. « La recherche-action : origines, caractéristiques et implications de son utilisation dans les sciences de la gestion », Recherches qualitatives, vol. 32, n°2 : 129‑151.

Sipan Océane, 2022. « Qui enquête (sur) qui ? », Socio-anthropologie, n°45 : 197‑211.

Van Maanen John. 2011. Tales of the Field: On Writing Ethnography, Chicago, University of Chicago Press, 232 p.

Volvey Anne, 2014. « Le corps du chercheur et la question esthétique dans la science géographique », L’Information géographique, vol. 78, n°1 : 92-117.

Weber Florence et Lambelet Alexandre, 2006. « Introduction : ethnographie réflexive, nouveaux enjeux », ethnographiques.org, n°11.

 

Numéros thématiques sur la réflexivité :

  • « La réflexivité dans et par la recherche », Esprit critique, 2020, vol.30, n°1.
  • « Vigilance ethnographique et réflexivité méthodologique », Recherches qualitatives, 2014, vol.33, n°1.
  • « Implication et réflexivité – I. Entre composante de recherche et injonction statutaire », Interrogations, 2014, n°18.
  • « Implication et réflexivité – II. Tenir une double posture », Interrogations, 2014, n°19.
Catégories
Atelier

Biblio – Atelier #2 Méthodologie

Bibliographie collaborative                                                                                       Atelier #2 Méthodologie

 

Albera, Dionigi, 2001. « Terrains minés », Ethnologie française, vol. 31, n°1, pp. 5-13.

Alexievitch, Svetlana, 1998 [1997]. La supplication. Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse, Paris, JC Lattès, 267 p.

Anders, Günther, 2002 [1956]. L’Obsolescence de l’Homme [Tome I] : Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, éditions Ivrea et éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, 360 p.

Anders, Günther, 2007 [1993]. Le temps de la fin, Paris, L’Herne, 118 p.

Arborio, Anne-Marie, 2007. « L’observation directe en sociologie : quelques réflexions méthodologiques à propos de travaux de recherches sur le terrain hospitalier », Recherche en soins infirmiers, vol. 90, n°3, pp. 26-34.

Arborio, Anne-Marie et Fournier, Pierre, 2021 [1999]. L’observation directe, Paris, Armand Colin, 128 p.

Augé, Marc, 1986. « L’Anthropologie de la maladie », L’Homme, vol. 26, n°97, pp. 81-90.

Barthe, Yannick et al., 2013. « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, vol. 103, n°3, pp. 175-204.

Beaud, Stéphane et Weber, Florence, 2010. Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 334 p.

Becker, Howard, 2002. Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, 352 p.

Bonnet, Thomas et Rochedy, Amandine, 2020. « Enquêter sur les affects : quels enjeux, quelles méthodes ? », Recherches qualitatives, vol. 39, n°2, 237 p.

Boursier, Mathilde et Kimber, Leah, 2022. « Enquêter à distance : nouvel eldorado ? », Socio-anthropologie, n°45, [en ligne].                                                                                     URL : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.10989.

Burke, Peter, 2004. What is Cultural History?, Cambridge, Polity, 152 p.

Cefaï, Daniel (dir.), 2010. L’engagement ethnographique, Aubervilliers, EHESS, 637 p.

Delfour, Jean-Jacques, 2014. La condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité, Paris, L’Échappée, 296 p.

Delporte, Christian, Gervereau, Laurent et Maréchal, Denis, 2008. Quelle est la place des images en histoire ?, Paris, Nouveau Monde éditions, 480 p.

Derbez, Benjamin, 2010. « Négocier un terrain hospitalier. Un moment critique de la recherche en anthropologie médicale », Genèses, vol. 78, n°1, pp. 105-120.

Desclaux, Alice, 2008. « Les lieux du “véritable travail éthique” en anthropologie de la santé : terrain, comités, espaces de réflexion », Ethnographiques.org, n°17, [en ligne].                                                                                            URL : https://www.ethnographiques.org/2008/Desclaux.

Fainzang, Sylvie, 1994. « L’objet construit et la méthode choisie : l’indéfectible lien », Terrain, n°23, pp. 161-172.

Flamant, Nicolas, 2005. « Observer, analyser, restituer », Terrain, n°44, pp. 137-152.

Garcier, Romain J., 2014. « Disperser, confiner ou recycler ? Droit, modes de gestion et circulations spatiales des déchets faiblement radioactifs en France », L’Espace géographique, vol. 43, n°3, pp. 265-283.

Geertz, Clifford, 1973. The Interpretation of Cultures: Selected Essays, New York, Basic Books, 470 p.

Gray, Ann, 2003. Research Practice for Cultural Studies, Ethnographic Methods and Lived Cultures, Londres, SAGE, 208 p.

Grinschpoun, Marie-France, 2018. Construire un projet de recherche en sciences humaines et sociales : une procédure de mise en lien, Paris, Enrick B., 77 p.

Gunn, Simon et Lucy Faire (eds.), 2016. Research Methods for History, Édimbourg, Edinburgh University Press, 256 p.

Hobbs, Dick et Richard Wright (eds.), 2006. The SAGE Handbook of Fieldwork, Londres, SAGE, 416 p.

Houdart, Sophie, 2020. « En déroute. Enquêter non loin de la centrale de Fukushima Daiichi, Japon », SociologieS, [en ligne].                                                                                            URL : https://journals.openedition.org/sociologies/14049.

Kilani, Mondher, 1987. « L’anthropologie de terrain et le terrain de l’anthropologie. Observation, description et textualisation en anthropologie », Réseaux, n°27, pp. 39-78.

Kilani, Mondher, 1994. « Du terrain au texte. Sur l’écriture de l’anthropologie », Communications, n°58, pp. 45-60.

Kilani, Mondher, 1999. « Fiction et vérité dans l’écriture anthropologique », dans Francis Affergan (éd.), Construire le savoir anthropologique, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 91-112.

Kojima, Rina, 2021. « La polyphonie des voix de Fukushima », Ebisu, n°58, pp. 273-283, [en ligne].           URL : https://journals.openedition.org/ebisu/6107.

Lifton, Robert Jay, 1991. Death in Life: Survivors of Hiroshima, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 606 p.

Morange, Marianne, et Schmoll, Camille, 2016. Les outils qualitatifs en géographie. Méthodes et applications, Paris, Armand Colin, 224 p.

Moussaoui, Abderramane, 2012. « Observer en anthropologie : immersion et distance », Contraste, vol. 36, n°1, pp. 29-46.

Oiry, Annaig, 2017. « Vers une géographie du risque nucléaire ? », EchoGéo, n°42, [en ligne].                              URL : http://journals.openedition.org/echogeo/15173.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre, 1995. « La politique du terrain. Sur la production des données anthropologie », Enquête, n°1, pp. 71-109.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre, 2000. « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, n°3, pp. 417-445.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre, 2018. « La rigueur du qualitatif », L’Autre, vol. 19, n°2, pp. 223-234.

Peneff, Jean, 2009. Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Paris, La Découverte, 254 p.

Perrot, Martyne, 1987. « La part maudite de l’ethnologie. Le Journal de Terrain » Anthropologie sociale et ethnologie de la France, colloque du Centre d’ethnologie française et du Musée national des arts et traditions populaires, Paris.

Petit, Emmanuelle, 2010. « Du fil de l’eau en fils à retordre. Comment bricoler des techniques de terrain protéiformes en une méthodologie qualitative cohérente en géographie ? », L’information géographique, vol. 74, n°1, pp. 9-26.

Petit, Emmanuelle, 2012. Matérialisation du souvenir en montagne : les enjeux identitaires des places et des placements. Thèse de doctorat en géographie sociale, Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne III, 465 p.

Petryna, Adriana, 2013 [2003]. Life Exposed: Biological Citizens After Chernobyl, Princeton, Princeton University Press, 304 p.

Piette, Albert, 1992. « La photographie comme mode de connaissance anthropologique », Terrain, n°18, pp. 129-136.

Pinçon, Michel et Pinçon-Charlot, Monique, 2005. Voyage en grande bourgeoisie : journal d’enquête, Paris, Presses Universitaires de France, 192 p.

Pouchelle, Marie-Christine, 2010. « Situations ethnographiques à l’hôpital. « Elle vient voir si on a un os dans le nez… » », Recherche en soins infirmiers, vol. 103, n°4, pp. 4-19.

Rabinow, Paul, 1988. Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 143 p.

Ronde, Patrick et Hussler, Caroline, 2012. « De l’impact de la localisation résidentielle sur la perception et l’acceptation du risque nucléaire : une analyse sur données françaises (avant Fukushima) », Cybergeo: European Journal of Geography, [en ligne].                        URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/25581.

Sarradon-Eck, Aline, 2008. « Médecin et anthropologue, médecin contre anthropologue : dilemmes éthiques pour ethnographes en situation clinique », Ethnographiques.org, n°17, [en ligne].                                URL : https://www.ethnographiques.org/2008/Sarradon-Eck.

Soulé, Bastien, 2007. « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, vol. 27, n°1, pp. 127-140.

Stanford, Peter, 2013. How to Read a Graveyard: Journeys in the Company of the Dead, Londres, Bloomsbury Continuum, 288 p.

Todeschini, Morioka, Maya, (dir.), 1995. Hiroshima, 50 ans. Japon − Amérique : mémoires au nucléaire, Paris, Autrement, 238 p.

Tosh, John, 2022 [1984]. The Pursuit of History: Aims, Methods, and New Directions in the Study of History, Londres, Routledge, 368 p.

Wacquant, Loïc, 2010. « L’habitus comme objet et méthode d’investigation. Retour sur la fabrique du boxeur », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 184, n°4, pp. 108-121.

Whyte, William F., 1996. Street Corner Society. La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La Découverte, 399 p.

Vidéo :

Belleville, Geneviève, 2015. « Assieds-toi et écris Ta thèse ! Trucs pratiques pour la rédaction scientifique », Université de Strasbourg, YouTube, 95 minutes, [en ligne]. URL : https://www.youtube.com/watch?v=qbQ02vJkXQw.

Ressources en ligne :

La revue interdisciplinaire : Recherches qualitatives dirigée par Frédéric Deschenaux et Chantal Royer. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/rechqual/.

La chaîne YouTube : S’engager, gager, se dégager : les ficelles de l’ethnographie à l’épreuve du terrain. URL : https://www.youtube.com/@JE_Engagement_Ethno.

Catégories
Atelier

Atelier #2 Méthodologie

Compte-rendu #2 Méthodologie

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni une quinzaine de personnes sur le thème de la « méthodologie » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

Comme pour le précédent atelier portant sur le thème du terrain, l’objectif de l’atelier sur la méthodologie est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour des différentes interrogations méthodologiques qui peuvent survenir avant, pendant et même après un travail de recherche. Cet atelier s’est construit autour de deux parties (Les données : les produire, les organiser et les traiter ; Utiliser ses données à travers la rédaction et la communication). Chacune de ces parties permettait d’aborder la diversité des méthodologies employables, les méthodes pour organiser et classer les différentes données ou encore la difficile étape de leur mise en mots et de leur communication. Cette organisation de séance s’est basée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un formulaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

Le premier point ayant retenu l’attention des participant·es fut la question très concrète de l’anonymisation des données. Bien que différentes selon les disciplines et les études de cas[1], il existe plusieurs stratégies permettant de respecter l’anonymat pour des raisons aussi bien éthiques que juridiques[2]. L’usage de pseudonymes, la modification du genre des enquêté·es, la seule utilisation du prénom ou encore l’attribution d’un numéro/identifiant sont autant de manières de répondre à cette difficulté. Cependant, le risque induit par cette anonymisation peut être de désindividualiser les personnes rencontrées et ainsi de perdre le lectorat/auditorat. De même, le cheminement scientifique effectué par le/la chercheur·e, notamment dans les sciences historiques, nécessite souvent la reproductibilité des résultats et donc une compréhension des données recueillies et des entretiens effectués. Il apparaît en somme que l’anonymisation des données revient à mener un habile jeu d’équilibriste dont l’enjeu principal est de protéger les enquêté·es tout en permettant une traçabilité des données propre aux travaux scientifiques.

Le deuxième point abordé concerna la sempiternelle question du nombre de cas/d’entretiens à inclure pour obtenir un panel de données considéré comme « suffisant ». Ici encore, les situations varient, certaines études pouvant concerner plusieurs milliers de cas (par exemple, une étude concernant des échanges épistolaires) à moins d’une dizaine de cas (par exemple, une étude centrée sur quelques cimetières). À travers cette question est notamment abordée la différence entre une méthodologie quantitative et une méthodologie qualitative. La première vise à mettre en évidence des régularités, des phénomènes que l’on peut retrouver dans de nombreux cas ce qui peut permettre de préciser leur fonctionnement ; la seconde permet de faire émerger des pistes, des hypothèses, des réflexions qui peuvent être mobilisées, par la suite, à travers des données qualitatives. Il n’existe donc aucune norme, aucune limite applicable généralement aux différentes disciplines. Une solution, qui peut certes être frustrante, consiste à repérer une forme de répétition dans les données récupérées : si de nombreux entretiens se ressemblent et qu’aucun élément nouveau n’en ressort, c’est qu’il est certainement temps de passer à l’étape suivante et de clore le ou les terrains.

Ensuite, nous le savons, les études sur la mort sont sensibles, c’est pourquoi la question de l’émotion des enquêté·es comme des chercheur·es durant un entretien a été posée. Concernant les enquêté·es, il a été rappelé qu’il était important de laisser la personne interrogée dans le même état d’esprit qu’au début de l’entretien. Concernant les chercheur·es, toute la difficulté consiste à parvenir à maintenir une distance face au sujet et aux personnes rencontrées. Pour ce faire, l’usage d’un journal de bord dans lequel on alloue une place spécifique à son ressenti peut s’avérer utile.

Enfin, est venue l’ultime interrogation : celle du ou des temps de l’écriture, moment charnière et passage obligé. Quel rythme suivre ? Quelles étapes faut-il respecter ? Comment s’organiser ? Il est apparu que chacun·e dispose de ses propres astuces et qu’il n’existe pas de méthode universelle. Cependant, plusieurs personnes ont mentionné une vidéo issue d’une communication de Geneviève Belleville[3] qui pourra probablement en aider plus d’un·e !

Le prochain atelier portera sur la thématique de la réflexivité et aura lieu en ligne et sur inscription le 21 juin 2024.

[1] Les différents cas évoqués font état de difficultés pour anonymiser aussi bien des noms figurant dans une archive historique que des patient·es rencontré·es dans une unité de soins ou encore des professionnel·les chargés de l’identification de victimes en contexte de catastrophes.

[2] Rappelons cependant que l’anonymat n’est pas systématique : certaines personnes revendiquent d’être identifiées. Ainsi, certains acteurs associatifs ou militants cherchent à mettre en avant leurs actions et certains acteurs institutionnels portent davantage la parole d’un groupe, d’une municipalité ou d’une entreprise qu’il serait malheureux d’effacer par l’anonymisation.

[3] Belleville, Geneviève, 2015. « Assieds-toi et écris Ta thèse ! Trucs pratiques pour la rédaction scientifique », Université de Strasbourg, YouTube, 95 minutes, [en ligne]. URL : https://www.youtube.com/watch?v=qbQ02vJkXQw.
Catégories
Atelier

Biblio – Atelier #1 Terrain

Bibliographie collaborative                                                 Atelier #1 Terrain

 

Arborio Anne-Marie et Fournier Pierre, 2021. L’observation directe, Paris, Armand Colin, 126 p.

Beaud Michel, 1985. L’art de la thèse : comment préparer et rédiger une thèse de Doctorat, un mémoire de DEA ou de Maîtrise ou tout autre travail universitaire, Paris, La Découverte, 156 p.

Benetreau Maud, Bérard Marion, Bogaert Brenda et al., 2023. Manifeste pour une philosophie de terrain, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 295 p.

Berliner David, 2013. « Le désir de participation ou Comment jouer à être un autre », L’Homme, vol. 206 : 151-170.

Bertherat Bruno (dir.), 2015. Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 398 p.

Bertherat Bruno, 2014. « La mort de l’historien (France, XIXe siècle) », in Christian Chevandier (dir.) Travailler ensemble ? Des disciplines aux sciences sociales, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 54-61.

Block Anton, 2001. « La mafia d’un village sicilien », Ethnologie française, vol. 37, n°2 : 61-67.

Boissevain Katia, 2009. « Décalages et rôles mal ajustés dans le travail ethnographique », Ateliers d’anthropologie du LESC, no 33.

Calberac Yann, 2012. Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle. Thèse de doctorat en géographie sociale, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 397 p.

Caratini Sophie, 2012. Les non-dits de l’anthropologie, Vincennes, Thierry Marchaisse, 192 p.

Claval Paul, 2013. « Le rôle du terrain en géographie », Confins. Revue franco-brésilienne de géographie, n°17.

Dekeuwer Catherine, 2020. Le terrain en philosophie, quelles méthodes pour quelle éthique ?, Paris, Classiques Garnier, 151 p.

Galochet Marc et Masson Éric, 2022. « Les terrains de la géographie », Bulletin de l’association de géographes français, vol. 99, n°2 : 179-182.

Kaufmann Jean-Claude, 2016. L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin, 126 p.

La Soudière (de) Martin, 1988. « L’inconfort du terrain. « Faire » la Creuse, le Maroc, la Lozère… (À propos des ouvrages Ethnologue au Maroc, réflexion sur une enquête de terrain de Paul Rabinow, et Vivre dans la Creuse de Jacques Maho) », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, n°11 : 94-105.

Moussaoui Abderramane. 2012. « Observer en anthropologie : immersion et distance », Contraste, vol. 1, n°36 : 29-46.

Mucchielli Alex. 2009. Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 303 p.

Petit Emmanuelle, 2010. « Du fil de l’eau en fils à retordre. Comment bricoler des techniques de terrain protéiformes en une méthodologie qualitative cohérente en géographie ? », L’information géographique, vol. 74, n°1 : 9-26.

Petit Emmanuelle, 2012. Matérialisation du souvenir en montagne : les enjeux identitaires des places et des placements. Thèse de doctorat en géographie sociale, Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne III, 465 p.

Pétonnet Colette, 1982. « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, n°4 : 37-47.

Rabinow Paul. 1988. Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 143 p.

Rouchi Camille, 2018. « Réflexivité et recherche-action en contrat CIFRE, quand les contraintes du terrain deviennent opportunités », Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales, vol. 13 n°1 : 211–224.

Roy Mario et Prévost Paul, 2013. « La recherche-action : origines, caractéristiques et implications de son utilisation dans les sciences de la gestion », Recherches qualitatives, vol. 32, n°2 : 129-151.

Vollaire Christine, 2017. Pour une philosophie de terrain, Paris, Créaphis 189 p.

Wacquant Loïc, 2010. « L’habitus comme objet et méthode d’investigation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 184, n°4 : 108-121.

Catégories
Atelier

Ateliers

Trois ateliers se tiennent en alternance du séminaire en 2023-2024. Le but de ces ateliers est de partager des clefs de compréhension et de réflexion sur des thématiques communes aux différentes disciplines que regroupe le séminaire. L’intérêt est d’apprendre de la pluridisciplinarité, de s’entre-aider sur des problématiques nous ayant réunis lors des échanges de la session précédente du séminaire mais qui n’avaient pu faire l’objet de discussions approfondies.

 

#1 Terrain – 15 décembre 2023

Compte-rendu

Bibliographie collaborative

 

#2 Méthodologie – 15 mars 2024

Compte-rendu

Bibliographie collaborative

 

#3 Réflexivité – 21 juin 2024

Compte-rendu

Bibliographie collaborative

 

Il est possible d’assister à un seul atelier comme à tous. Ils se déroulent selon le même format que les séances du séminaire, soit en distanciel avec lien Zoom communiqué la veille, le vendredi de 9h à 11h (avec la possibilité de dépasser cet horaire). La participation se fait sur inscription. Si vous n’êtes pas membre du réseau, il suffit de nous écrire : reseau.lesmorts@gmail.com.

 

Catégories
Atelier

Atelier #1 Terrain

Compte-rendu #1 Terrain

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni une quinzaine de personnes sur le thème du « terrain » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

L’objectif de l’atelier est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour de la question du terrain. Cet atelier s’est construit autour de trois parties (Trouver et appréhender le terrain, Retranscrire son terrain, la Variation des terrains). Chacune de ces parties permettait d’aborder l’entrée sur le terrain, le vécu du/de la chercheur.euse, les méthodes d’appréhension des données et les préoccupations éthiques. Cette organisation de séance s’est basée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un questionnaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

Tout d’abord, c’est la question de la définition du terrain qui a retenu l’attention des participant·es. Comment le constituer, où s’arrêter, quelle pluridisciplinarité ? Il convient de rappeler que chaque discipline possède sa propre définition du « terrain », nous ne nous sommes donc pas arrêtés sur cette question d’un point de vue épistémologique. Les idées principales abordées se sont centrées sur les possibilités qu’offrent le terrain en matière de pluridisciplinarité. En effet, nos terrains respectifs ne se limitent pas à nos disciplines. De plus, le nombre et le statut des acteur·trices de nos terrains ajoutent de la complexité à nos questionnements. Chaque chercheur·e va donc puiser ce qu’il lui faut en dehors de son champ et en a la légitimité. Ce bien-fondé est régulièrement revenu dans nos échanges au travers de la légitimité à s’emparer d’un sujet et de la manière dont un·e chercheur·e peut s’y former. Il s’est conclu qu’il n’existait aucune règle prescrite. Tant que les concepts et notions sont correctement employés, le champ des possibles est immense du fait de la porosité des disciplines et l’utilité de cette caractéristique.

Le terrain reste un espace sensible. Son accès et la possibilité ou non d’y rester et d’évoluer en son sein peut être déterminé par de nombreux facteurs. Ont notamment été abordés au cours de nos discussions la place que le politique joue dans la recherche. L’influence de la colonisation sur le regard porté sur un chercheur venant de France peut compliquer l’entrée et la circulation sur le terrain. La présence quotidienne de la police ou de l’armée peut faire craindre des difficultés. La protection offerte par un statut diplomatique et le sujet de recherche en lui-même (non sensible) peut alors avoir une influence sur le terrain. De même, le rattachement institutionnel peut faciliter le travail de recherche comme induire des contraintes politiques créant de potentiels freins à l’accès au terrain du fait de superposition de codes déontologiques. Des tensions peuvent alors naître du fait de la position et du rôle du/de la chercheur·euse sur son terrain. C’est ainsi qu’a été rappelé l’importance d’être actif·ve et d’avoir une observation et connaissance fine et sensible afin de trouver sa place.

Cette question de la position du/de la chercheur·euse, de l’étiquette et du statut qui lui est assigné rejoint des interrogations liées à la manière dont le terrain réagit à notre présence. Cela peut s’observer dans le regard posé sur le/la chercheur·euse comme sur les prises de décisions des acteur·trices du terrain. Nous avons ainsi dévié sur la thématique de l’atelier #3 « Réflexivité » qui aura lieu le 21 juin. La recherche, et en particulier pour ce qui nous concerne sur le sujet de la mort, est une activité majoritairement solitaire. Le terrain implique des émotions et des rencontres avec des situations humaines pouvant s’avérer difficiles. Le poids de la recherche se fait sentir et une forme de violence ou de rejet peut émaner du terrain. C’est ainsi que l’idée d’un espace et d’un temps dédié à la discussion, à l’échange de contacts se révèle utile, voire nécessaire, pour permettre d’évacuer des difficultés méthodologiques. Avoir la possibilité d’échanger avec des personnes en dehors de son terrain, voire de la spécialité de son laboratoire de recherche, peut aider à la réflexion et au recul nécessaire à propos de sa méthodologie.

Le prochain atelier sera d’ailleurs consacré à cette thématique de la méthodologie. Il aura lieu le 15 mars 2024.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search