Catégories
Séminaire

Archéologie – Renouvellement méthodologique autour de la question de l’os humain anthropisé

Pauline Fernandes, doctorante en archéologie, Université Paris Nanterre.

Compte-rendu :

“Pour la formalisation d’une approche : renouvellement méthodologique autour de la question de l’étude de l’os humain anthropisé”

Synthèse des discussions de la séance

L’os humain anthropisé, c’est-à-dire manipulé, transformé et impacté par l’Homme, en tant qu’objet biologique et technique, implique, pour être étudié, la formulation d’une méthodologie adaptée à l’étude de ce type de vestige. Ces ossements, porteurs de traces anciennes issues de manipulations post-mortem, possèdent un caractère d’exception amenant à se questionner sur la manière la plus adéquate de les analyser. Lorsque ces ossements sont issus de fouilles anciennes, pour lesquels il n’existe que peu de documentation, les étudier nécessite l’adaptation d’une méthode spécifique à ce type de cas d’étude. C’est ce que nous imposent les ossements humains qui constituent le centre de cette recherche : issus des fouilles menées entre 1887 et 1889 dans la grotte du Mas d’Azil, ceux-ci présentent trois types de stigmates – traces de découpe, imprégnations colorées rougeâtres, aplats lustrés – qui n’ont jamais été observés ensemble en France sur un même lot. Cela a mené à devoir envisager une méthodologie qui ne nécessitait pas de s’appuyer sur le contexte pour répondre à la problématique posée, à savoir : comment étudier des ossements humains hors contexte mais qui présentent vraisemblablement des traces de manipulations post-mortem ?

Afin de répondre à ce questionnement, ce travail de recherche se propose de formuler une approche à l’interface de la nécro-archéologie et de l’archéothanatologie en y ajoutant les apports de domaines tels que la technologie osseuse, la taphonomie et l’ostéologie. L’objectif est de pouvoir atteindre la triple mémoire portée par l’objet osseux (individuel, du groupe, archéologique) en étudiant le vestige plus seulement comme un reste biologique contextualisé, mais comme un os humain transformé hors contexte. Nous souhaitons par cette étude affirmer l’importance du traitement du cadavre en tant que processus technique ayant transformé le reste biologique en artéfact. Grâce à une méthodologie transdisciplinaire, cette étude offrira, nous l’espérons, la possibilité de tendre vers un renouvellement anthropologique de la discipline en mettant en avant des pratiques mortuaires inédites pour la Préhistoire en France.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (22 juin 2023). Archéologie – Renouvellement méthodologique autour de la question de l’os humain anthropisé. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwao


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search