Catégories
Séminaire

Géographie – L’entretien des cimetières face aux impératifs écologiques

Louis Dall’aglio, doctorant en géographie, ENS Lyon.

Compte-rendu :

“L’entretien des cimetières face aux impératifs écologiques : quand le vivant rentre dans la cité des morts”

Synthèse des discussions de la séance

Les cimetières sont, depuis quelques années, pris, comme le reste des espaces publics, dans le mouvement général d’écologisation des pratiques professionnelles des administrations territoriales. Celui-ci s’est notamment traduit par l’abandon, à partir de 2016, des produits dits “phytosanitaires” ; cet abandon a profondément transformé la nature et le fonctionnement du travail des services municipaux au cimetière. Cette présentation, qui s’inscrit dans un travail de thèse portant sur la capacité des cimetières à incarner des espaces de nature au sein de la ville, est fondé sur une série d’entretiens avec des agents municipaux en charge de l’entretien des parties communes du ou des cimetières de leur municipalité. L’abandon de l’utilisation des pesticides pour l’entretien des cimetières sert ici de porte d’entrée pour étudier les difficultés inhérentes posées par la présence du non-humain au cimetière. Espaces hautement investis émotionnellement et hautement réglementés, dont la géographie interne gêne le travail manuel, les cimetières post-phyto mettent en tension une exigence sociale de “propreté”, perçue comme essentielle par les pouvoirs public, et la difficulté à maintenir un degré important de contrôle sur la végétation, en particulier la strate herbacée, sans recours à des agents chimiques, dans un contexte de réduction active de la main d’œuvre employée dans la fonction publique territoriale. Les stratégies ultimement utilisées fondent cependant des évolutions contrastées du paysage funéraire, qui visent ou bien à perpétuer ce qui en est perçu comme le sens fondamental, en cherchant coûte que coûte à conserver une strate herbacée basse voire inexistante, ou bien à acter sa transformation en une forme nouvelle de paysage funéraire, marquée par la présence d’une végétation présentée comme autonome. Cette transformation est, en dernier recours, mise à mal par une association étroite entre le contrôle de la végétation, et du non-humain en général, et le respect dû aux défunts. L’absence visible de contrôle, par la tonte et la coupe, est interprétée par certains usagers comme une absence d’intérêt pour l’espace des défunts, et par extension, pour les défunts eux-mêmes ; se joue également, dans la végétalisation des cimetières, un brouillage des frontières entre Nature et Culture, propice à générer une forme de malaise anthropologique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (17 avril 2023). Géographie – L’entretien des cimetières face aux impératifs écologiques. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwam


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search