Catégories
Séminaire

Anthropologie forensique – Redonner une voix aux morts

Agathe Ribéreau-Gayon, chercheure postdoctorale en anthropologie biologique et forensique, Université du Québec à Trois-Rivières.

“L’anthropologie forensique : redonner une voix aux morts”

L’anthropologie forensique (ou médico-légale), champ disciplinaire de l’anthropologie biologique, a pour objectif de reconstituer « l’histoire de vie » d’un individu à partir de la lecture des signes biologiques sur son corps : aspect des os et des tissus mous, signes de croissance, traumatismes, signes pathologiques, marqueurs d’activité, signes particuliers, etc. En contexte médico-légal, « l’histoire de vie » d’un individu est indissociable de « l’histoire de sa mort » que l’anthropologue forensique s’applique à reconstituer à des fins d’identification du défunt et d’information sur les circonstances de son décès. L’anthropologie forensique cherche à appréhender l’individu à partir du cadavre ou des restes osseux, de manière à lui redonner la voix qu’il/elle a perdue. Pour ce faire, l’anthropologue étudie les phénomènes de modifications post-mortem ou « taphonomie » du cadavre, certains pouvant influencer ou altérer la lecture des paramètres biologiques. L’anthropologie forensique apporte une contribution scientifique de plus en plus reconnue dans les enquêtes médico-légales et criminelles impliquant des personnes décédées et la découverte de restes humains, qu’il s’agisse de cas isolés ou de catastrophes de masse. Ces situations judiciaires ont une forte résonance, car elles répondent à des attentes sociétales majeures et des enjeux de plus en plus internationaux (migrant·e·s non identifié·e·s, catastrophes naturelles, accidents aériens et actes terroristes avec un grand nombre de victimes présentant une grande variabilité inter- populationnelle). L’anthropologie forensique se trouve ainsi au cœur d’interrogations sociétales et humaines d’envergure qui vont bien au-delà des seuls aspects scientifiques et judiciaires. Cette présentation se propose de présenter ces enjeux et de démontrer dans quelle mesure les approches de taphonomie expérimentale, menées sur des corps et tissus humains issus du don de corps, permettent de contribuer à y répondre.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (21 mars 2023). Anthropologie forensique – Redonner une voix aux morts. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwak


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search