Catégories
Séminaire

Théorie politique – Le don du corps à la science

Camille Collin, doctorante en théorie politique, Sciences Po CEVIPOF.

Compte-rendu : 

“Le don du corps à la science, et le problème de l’égalité dans la mort”

Synthèse des discussions de la séance

De plus en plus d’études sur la prise en charge matérielle des morts et des restes humains interrogent les raisons d’un traitement différencié de certain·es mort·es, et formulent l’hypothèse d’une continuité des processus de hiérarchisation et de marginalisation sociale de la vie jusque dans la mort (Clainche-Piel, 2020 ; Butler, 2006 ; Jakšić et al., 2021 ; Lestage, 2019 ; Medico et al., 2020). La diversité des modalités de prise en charge des défunt·es, l’égard et le respect tantôt accordé, tantôt refusé aux mort·es, semble ainsi dépendre non seulement du contexte social de leur prise en charge, mais, également, de la considération pour le statut social des personnes ante-mortem. Dans cette communication, je propose de réfléchir à la manière dont ce problème de l’inégalité des morts a été conceptualisé, à partir d’un cas très spécifique de prise en charge du corps mort : celui du don du corps à la science. Ce cas nous permet, à mon sens, de mettre en valeur d’autres formes d’inégalités post-mortem, des situations que l’on ne peut pas penser si l’on s’en tient à l’idée que les morts ne peuvent être que le reflet des vivants. En effet, le don du corps à la science occupe une place à part parmi les destinations que la législation funéraire autorise pour le corps mort : choix rare, il est bien moins encadré juridiquement, et – jusqu’à l’affaire récente du « charnier » de Descartes – largement oublié des débats bioéthiques français. Il convient alors d’interroger les processus par lesquels se construit, au gré des pratiques et des dispositifs de traitement des morts, l’importance différenciée des morts en politique. Or, à bien des égards, le don du corps à la science ne semble pas participer à la reproduction des hiérarchies sociales existantes. En dépit de sa relation historique avec l’histoire des corps « vils » (Chamayou, 2014), il n’est plus une pratique réservée aux groupes sociaux précarisés ou marginalisés. Il repose, en outre, sur un travail conséquent d’anonymisation identitaire et sociale, que recouvre qui plus est l’aura du don. Il nous permet, en d’autres termes, de repenser les enjeux politiques du traitement des morts au-delà de ses seuls effets sur les vivants.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (21 mars 2023). Théorie politique – Le don du corps à la science. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwaj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search