Catégories
Atelier

Atelier #2 Méthodologie

Compte-rendu #2 Méthodologie

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni une quinzaine de personnes sur le thème de la « méthodologie » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

Comme pour le précédent atelier portant sur le thème du terrain, l’objectif de l’atelier sur la méthodologie est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour des différentes interrogations méthodologiques qui peuvent survenir avant, pendant et même après un travail de recherche. Cet atelier s’est construit autour de deux parties (Les données : les produire, les organiser et les traiter ; Utiliser ses données à travers la rédaction et la communication). Chacune de ces parties permettait d’aborder la diversité des méthodologies employables, les méthodes pour organiser et classer les différentes données ou encore la difficile étape de leur mise en mots et de leur communication. Cette organisation de séance s’est basée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un formulaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

Le premier point ayant retenu l’attention des participant·es fut la question très concrète de l’anonymisation des données. Bien que différentes selon les disciplines et les études de cas[1], il existe plusieurs stratégies permettant de respecter l’anonymat pour des raisons aussi bien éthiques que juridiques[2]. L’usage de pseudonymes, la modification du genre des enquêté·es, la seule utilisation du prénom ou encore l’attribution d’un numéro/identifiant sont autant de manières de répondre à cette difficulté. Cependant, le risque induit par cette anonymisation peut être de désindividualiser les personnes rencontrées et ainsi de perdre le lectorat/auditorat. De même, le cheminement scientifique effectué par le/la chercheur·e, notamment dans les sciences historiques, nécessite souvent la reproductibilité des résultats et donc une compréhension des données recueillies et des entretiens effectués. Il apparaît en somme que l’anonymisation des données revient à mener un habile jeu d’équilibriste dont l’enjeu principal est de protéger les enquêté·es tout en permettant une traçabilité des données propre aux travaux scientifiques.

Le deuxième point abordé concerna la sempiternelle question du nombre de cas/d’entretiens à inclure pour obtenir un panel de données considéré comme « suffisant ». Ici encore, les situations varient, certaines études pouvant concerner plusieurs milliers de cas (par exemple, une étude concernant des échanges épistolaires) à moins d’une dizaine de cas (par exemple, une étude centrée sur quelques cimetières). À travers cette question est notamment abordée la différence entre une méthodologie quantitative et une méthodologie qualitative. La première vise à mettre en évidence des régularités, des phénomènes que l’on peut retrouver dans de nombreux cas ce qui peut permettre de préciser leur fonctionnement ; la seconde permet de faire émerger des pistes, des hypothèses, des réflexions qui peuvent être mobilisées, par la suite, à travers des données qualitatives. Il n’existe donc aucune norme, aucune limite applicable généralement aux différentes disciplines. Une solution, qui peut certes être frustrante, consiste à repérer une forme de répétition dans les données récupérées : si de nombreux entretiens se ressemblent et qu’aucun élément nouveau n’en ressort, c’est qu’il est certainement temps de passer à l’étape suivante et de clore le ou les terrains.

Ensuite, nous le savons, les études sur la mort sont sensibles, c’est pourquoi la question de l’émotion des enquêté·es comme des chercheur·es durant un entretien a été posée. Concernant les enquêté·es, il a été rappelé qu’il était important de laisser la personne interrogée dans le même état d’esprit qu’au début de l’entretien. Concernant les chercheur·es, toute la difficulté consiste à parvenir à maintenir une distance face au sujet et aux personnes rencontrées. Pour ce faire, l’usage d’un journal de bord dans lequel on alloue une place spécifique à son ressenti peut s’avérer utile.

Enfin, est venue l’ultime interrogation : celle du ou des temps de l’écriture, moment charnière et passage obligé. Quel rythme suivre ? Quelles étapes faut-il respecter ? Comment s’organiser ? Il est apparu que chacun·e dispose de ses propres astuces et qu’il n’existe pas de méthode universelle. Cependant, plusieurs personnes ont mentionné une vidéo issue d’une communication de Geneviève Belleville[3] qui pourra probablement en aider plus d’un·e !

Le prochain atelier portera sur la thématique de la réflexivité et aura lieu en ligne et sur inscription le 21 juin 2024.

[1] Les différents cas évoqués font état de difficultés pour anonymiser aussi bien des noms figurant dans une archive historique que des patient·es rencontré·es dans une unité de soins ou encore des professionnel·les chargés de l’identification de victimes en contexte de catastrophes.

[2] Rappelons cependant que l’anonymat n’est pas systématique : certaines personnes revendiquent d’être identifiées. Ainsi, certains acteurs associatifs ou militants cherchent à mettre en avant leurs actions et certains acteurs institutionnels portent davantage la parole d’un groupe, d’une municipalité ou d’une entreprise qu’il serait malheureux d’effacer par l’anonymisation.

[3] Belleville, Geneviève, 2015. « Assieds-toi et écris Ta thèse ! Trucs pratiques pour la rédaction scientifique », Université de Strasbourg, YouTube, 95 minutes, [en ligne]. URL : https://www.youtube.com/watch?v=qbQ02vJkXQw.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (27 mars 2024). Atelier #2 Méthodologie. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w49k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search