Catégories
Atelier

Atelier #1 Terrain

Compte-rendu #1 Terrain

N.B. Ce compte-rendu fait suite à un atelier ayant réuni une quinzaine de personnes sur le thème du « terrain » dans le cadre des études sur la mort. Il s’agit d’une réflexion commune à laquelle prennent part l’ensemble des participant·es.

L’objectif de l’atelier est d’offrir un temps et un lieu d’échange informel autour de la question du terrain. Cet atelier s’est construit autour de trois parties (Trouver et appréhender le terrain, Retranscrire son terrain, la Variation des terrains). Chacune de ces parties permettait d’aborder l’entrée sur le terrain, le vécu du/de la chercheur.euse, les méthodes d’appréhension des données et les préoccupations éthiques. Cette organisation de séance s’est basée sur les attentes des participant·es à l’atelier ayant répondu à un questionnaire leur permettant en amont d’exprimer leurs propres questionnements et attentes. Les échanges se sont avérés riches et variés. Nous tenterons de regrouper dans ce compte-rendu les points autour desquels se sont centrés nos échanges.

Tout d’abord, c’est la question de la définition du terrain qui a retenu l’attention des participant·es. Comment le constituer, où s’arrêter, quelle pluridisciplinarité ? Il convient de rappeler que chaque discipline possède sa propre définition du « terrain », nous ne nous sommes donc pas arrêtés sur cette question d’un point de vue épistémologique. Les idées principales abordées se sont centrées sur les possibilités qu’offrent le terrain en matière de pluridisciplinarité. En effet, nos terrains respectifs ne se limitent pas à nos disciplines. De plus, le nombre et le statut des acteur·trices de nos terrains ajoutent de la complexité à nos questionnements. Chaque chercheur·e va donc puiser ce qu’il lui faut en dehors de son champ et en a la légitimité. Ce bien-fondé est régulièrement revenu dans nos échanges au travers de la légitimité à s’emparer d’un sujet et de la manière dont un·e chercheur·e peut s’y former. Il s’est conclu qu’il n’existait aucune règle prescrite. Tant que les concepts et notions sont correctement employés, le champ des possibles est immense du fait de la porosité des disciplines et l’utilité de cette caractéristique.

Le terrain reste un espace sensible. Son accès et la possibilité ou non d’y rester et d’évoluer en son sein peut être déterminé par de nombreux facteurs. Ont notamment été abordés au cours de nos discussions la place que le politique joue dans la recherche. L’influence de la colonisation sur le regard porté sur un chercheur venant de France peut compliquer l’entrée et la circulation sur le terrain. La présence quotidienne de la police ou de l’armée peut faire craindre des difficultés. La protection offerte par un statut diplomatique et le sujet de recherche en lui-même (non sensible) peut alors avoir une influence sur le terrain. De même, le rattachement institutionnel peut faciliter le travail de recherche comme induire des contraintes politiques créant de potentiels freins à l’accès au terrain du fait de superposition de codes déontologiques. Des tensions peuvent alors naître du fait de la position et du rôle du/de la chercheur·euse sur son terrain. C’est ainsi qu’a été rappelé l’importance d’être actif·ve et d’avoir une observation et connaissance fine et sensible afin de trouver sa place.

Cette question de la position du/de la chercheur·euse, de l’étiquette et du statut qui lui est assigné rejoint des interrogations liées à la manière dont le terrain réagit à notre présence. Cela peut s’observer dans le regard posé sur le/la chercheur·euse comme sur les prises de décisions des acteur·trices du terrain. Nous avons ainsi dévié sur la thématique de l’atelier #3 « Réflexivité » qui aura lieu le 21 juin. La recherche, et en particulier pour ce qui nous concerne sur le sujet de la mort, est une activité majoritairement solitaire. Le terrain implique des émotions et des rencontres avec des situations humaines pouvant s’avérer difficiles. Le poids de la recherche se fait sentir et une forme de violence ou de rejet peut émaner du terrain. C’est ainsi que l’idée d’un espace et d’un temps dédié à la discussion, à l’échange de contacts se révèle utile, voire nécessaire, pour permettre d’évacuer des difficultés méthodologiques. Avoir la possibilité d’échanger avec des personnes en dehors de son terrain, voire de la spécialité de son laboratoire de recherche, peut aider à la réflexion et au recul nécessaire à propos de sa méthodologie.

Le prochain atelier sera d’ailleurs consacré à cette thématique de la méthodologie. Il aura lieu le 15 mars 2024.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (16 février 2024). Atelier #1 Terrain. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwav


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search