Catégories
Séminaire

Histoire – La représentation des victimes de Jack l’Éventreur

Clémentine Guiol, doctorante en histoire contemporaine, ENS Paris-Saclay.

Compte-rendu :

Photographing the body : la représentation des victimes de Jack l’Éventreur dans la production culturelle victorienne”

Synthèse des discussions de la séance

Les meurtres commis par Jack l’Éventreur dans l’East End londonien en 1888 constituent l’une des affaires criminelles les plus célèbres de l’histoire. Depuis 136 ans, d’innombrables théories sur l’identité du tueur ont été formulées, les adaptations et réécritures du mythe ont proliféré dans tous les médias, jusqu’à donner naissance à une discipline à part entière, la “Ripperology”. Aujourd’hui, le “mythe de Jack l’Éventreur” fait partie du répertoire culturel occidental. Cette fascination morbide pour les crimes violents s’inscrit plus largement dans l’explosion en popularité du contenu “true crime”, qui renforce “l’obsession culturelle” du public pour les figures mythifiées des tueurs, et qui a pour conséquence d’occulter les victimes, devenues accessoires de divertissement. Dans les faits, si tout le monde reconnaît aujourd’hui le nom de “Jack l’Éventreur”, peu de personnes sont capables de nommer ses cinq victimes canoniques Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Catherine Eddowes, et Mary Jane Kelly. Se replonger dans les meurtres de Whitechapel et la tempête médiatique qu’ils ont généré peut donc offrir un éclairage nouveau sur les continuités culturelles qui structurent le traitement journalistique des crimes violents. On se concentrera particulièrement sur les dynamiques de vulnérabilité / prédation, population minoritaire / population dominante et passivité / agentivité qui ont permis à l’Éventreur de commettre ses méfaits sans jamais être capturé. Je propose d’analyser les représentations contemporaines de ces cinq femmes dans la presse tabloïde victorienne et de les comparer avec les photographies issues de l’enquête judiciaire afin de recentrer la narration sur les victimes et non sur leur bourreau, de montrer comment elles ont été dépossédées de leur image dès l’époque victorienne, et de démontrer comment leur position sociale, leur genre, et leur manque de respectabilité supposé a influencé leur traitement médiatique. Enfin, parce que les meurtres de Whitechapel continuent d’être adaptés et interprétés aujourd’hui, il semble pertinent de tracer un parallèle avec la série Dahmer – Monster: The Jeffrey Dahmer Story diffusée en 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (9 février 2024). Histoire – La représentation des victimes de Jack l’Éventreur. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwau


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search