Catégories
Séminaire

Anthropologie biologique – Les morts de la Première Guerre mondiale

Marine Meucci, doctorante en anthropologie biologique, Aix-Marseille Université.

Compte-rendu :

“Les morts de la Première Guerre mondiale : entre gestion passée et actuelle”

Synthèse des discussions de la séance

La Première Guerre mondiale marque un tournant dans la gestion et la vision des corps morts en guerre. Ce constat se dessine dès les premiers mois de la guerre, tant la violence et l’abondance de cadavre tétanisent les réseaux d’organisation sur le front : les corps affluent et l’Etat ne peut pas mettre en place le rapatriement des soldats ni autoriser les familles à venir les chercher sur le front (Pau, 2010). Ces corps sont encore un enjeu d’actualité car les découvertes fortuites se multiplient par l’urbanisation excessive et la multiplication des chantiers de différentes sortes. Encore aujourd’hui 700 000 soldats, toutes nationalités confondues, demeurent disparus parmi lesquels 250 000 français. Ce chiffre vertigineux s’explique de différentes manières : les morts oubliés sur le champ de bataille, les morts enterrés par les ennemis et/ou sans documentation sur le lei d’inhumation, les victimes des “mercantis” de la mort (Pau, 2017), les tombes isolées non répertoriées, les soldats dont les corps ont été meurtris par la violence de la guerre (e.g. démembrement), etc. Chaque année, une vingtaine de soldats sont encore découverts et entrent légalement dans le cadre du ministère des Armées, par le biais de l’ONaCVG (Office National des Combattants et Victimes de Guerre) et de la mention “Mort pour la France” créée en 1915. Toutes ces informations amènent un constat encore trop peu reconnu : les corps de militaires de 1870, Première et Seconde Guerres mondiales dépendent d’un cadre légal et d’un statut spécifiques et exclusifs au ministère des Armées (Meucci et al., 2022). En ce sens, les découvertes actuelles ne peuvent pas être gérées par des institutions archéologiques ou judiciaires. Cette communication a pour but de présenter les cadres légaux et les moyens de gestions actuels de ces corps, tout en présentant les données archéo-anthropologiques recueillies à partir de ces découvertes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lesmorts (24 novembre 2023). Anthropologie biologique – Les morts de la Première Guerre mondiale. Réseau "les Morts" Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwas


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search